La littérature colombienne

La littérature colombienne

Sélection spéciale Festival Les Belles étrangères

Partagez :

Du 8 au 20 novembre, le Festival Les Belles étrangères aura pour invité la Colombie. À l’affiche, douze écrivains colombiens, parmi lesquels le grand Gabriel García Marquez, mais aussi William Ospina et Santiago Gamboa. Au programme, des rencontres, des débats et la projection d’un film inédit sur les traces des grands auteurs colombiens.

« L’astre éblouissant de l’œuvre de Gabriel García Márquez a longtemps tenu dans l’ombre la création romanesque et poétique puissante et originale de la Colombie. »

Annie Morvan, conseillère littéraire du Centre National du Livre

En réunissant ces douze personnalités, le Festival se veut un miroir de la diversité littéraire colombienne, dans des formes aussi diverses que le roman, la poésie et l’essai. Découvrez dès à présent notre sélection colombienne.

 



Cent ans de solitude, Gabriel García Márquez

 

Cent ans de solitude

 

« Un roman magique, universel, truculent. »

VSD


Il est question d’une famille, une famille très grande et, pour tout dire, assez spéciale... Gabriel García Márquez se fait le narrateur de son histoire extraordinaire, qui commence avec la fondation d’un village isolé du reste du monde, quelque part en Amérique du Sud. Il nous raconte ses grandes heures, faites de magie et d’alchimie, puis sa décadence et le déluge et la mort des animaux. Se succèdent les générations, toutes victimes de la malédiction lancée par leur ancêtre : une solitude de cent ans.

A la fois conte philosophique et allégorie de l’Amérique Latine et de ses habitants, Cent ans de solitude retrace un siècle de l’histoire (mouvementée !) de cette famille peu commune. L’univers de Gabriel García Márquez  est singulier, entre rêve et réel, imaginaire fécond et dénonciation crue des atrocités et absurdité des guerres et dictatures. Le roman, fourmillant de détails, est aussi parsemé d’humour noir. Un Don Quichotte sud-américain ? En tout cas, un hommage vibrant à la culture colombienne.

 



Ursúa, William Orsina


Ursua

 

« Je ne connais personne dans notre langue ayant une prose aussi sublime que William Ospina dans Ursúa. »

Fernando Vallejo


Jeune et robuste Basque de dix-sept ans, Pedro de Ursúa embarque à bord d’un navire à destination du Nouveau Royaume de Grenade. Débute alors pour lui ce que sont les aventures des conquérants du nouveau monde : guerres sanglantes et cruelles contre les populations indigènes et les Noirs affranchis, tromperies et trahisons, amour passionné pour une Indienne… Dans une langue à la poésie unanimement saluée, William Ospina signe un formidable roman d’aventures qui puise son énergie aux sources de toutes les mythologies latino-américaines.

 



Perdre est une question de méthode, Santiago Gamboa


Perdre est une question de méthode

 
« Un thriller colombien qui en dit beaucoup sur un pays où le désordre, c’est l’ordre. »

Libération


Prévenu de la découverte d’un cadavre impossible à identifier par le capitaine Aristophane Moya, le journaleux aux méthodes douteuses Victor Silanpa décide de couvrir le fait divers dans les colonnes de son canard… Les premiers résultats de l’autopsie révèlent que le macchabée a été massacré avec une violence inouïe. Un acharnement qui ne peut laisser indifférent le duo donquichottesque d’enquêteurs que constituent Moya et Silanpa. Au prétexte d’une classique intrigue de polar menée avec maîtrise et panache, Gamboa dresse le portrait sans pitié d’une Colombie violente et corrompue à tous les étages.

 



El Dorado. Poèmes et chants des Indiens précolombiens, Zéno Bianu et Luiz Mizón

El Dorado



« Il est des parcours exemplaires, non par une certaine "moralité" mais par leur cohérence. Celui de l'écrivain Zeno Bianu semble bien en faire partie. »

La Matricule des Anges


Le corps nu et couvert de poussière d’or d’un seigneur indien glissant dans les eaux obscures d’un lac sacré a longtemps fasciné les conquérants du Nouveau-Monde. Image éblouissante, empruntée à la légende d’El Dorado, qui guide les aventuriers de la Renaissance sillonnant l’Amérique pour y chercher le pays du Roi doré. L’Indien-Soleil hantera de sa présence les manuscrits autochtones et espagnols rédigés à partir du XVIe siècle – Codex de Florence, Popol Vuh, Cantares Mexicanos, Chilam Balam, etc. –, ainsi que les chants contemporains des sierras du Mexique et des hauts plateaux des Andes, où brille obstinément, malgré les sombres furies de l’Histoire, l’or éclairant des Aztèques, des Mayas et des Incas.

 



Les Révolutions d’Amérique Latine, Pierre Vayssière


Les Révolutions d'Amérique latine

 
L’histoire du continent latino-américain est celle d’un monde en révolution permanente. La Colombie a eu ses propres tourments. Pierre Vayssière, en sa qualité d’historien, fait le récit scientifique de ces diverses expériences « révolutionnaires ». Un livre indispensable pour tous les lecteurs qui souhaitent acquérir les clés nécessaires à la compréhension d’une « zone de turbulences » restée souvent énigmatique à nos yeux et découvrir l’histoire vraie de héros de légende, de Simon Bolivar à Pancho Villa, en passant par Fidel Castro.

 



En savoir plus

Présentation du Festival Les Belles étrangères

Le programme complet : http://www.belles-etrangeres.culture.fr/

 

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous