Une des plus grandes voix de notre temps
Hommage

Une des plus grandes voix de notre temps

Hommage à AHARON APPELFELD

Partagez :

Les Éditions Points ont appris avec tristesse la disparition jeudi 4 janvier d'Aharon Appelfeld. Il laisse derrière lui une œuvre immense, riche d'une quarantaine d'ouvrages comprenant des romans et des recueils de nouvelles.  

Profondément imprégné de son expérience de la Seconde guerre mondiale, Aharon Appelfeld a consacré sa littérature à la description d'un monde avant tout marqué par l'étrangeté et la dislocation. Il fut très vite reconnu comme un écrivain majeur de son époque. Son ami et admirateur Philip Roth notamment voyait en lui l'héritier de Kafka et Bruno Schulz. 

Il a reçu le prestigieux prix d’Israël en 1983 et le prix Médicis étranger en 2004.

Nous souhaitions partager avec vous, les mots d'Olivier Cohen, son éditeur aux éditions de l'Olivier. 

 

Un Mensch

Quand vous croisiez son regard malicieux, sous la casquette de marin qu’il arborait par tous les temps, vous aviez l’impression qu’il vous soupesait dans le creux de sa main, en silence.

Il venait de Czernowitz, la ville natale de Paul Celan, Rose Aüslander et Gregor von Rezzori, dans cette Roumanie passée des Habsbourg aux Soviets après l’occupation par les Nazis. Il  connut à huit ans les camps de Transnistrie, s’en évada, fut recueilli par une prostituée ukrainienne – il lui dédia plus tard l’un de ses plus beaux  livres - , avant d’être recruté par une bande de voleurs de chevaux. Recueilli par l’Armée Rouge, il s’embarqua pour la Palestine quand les garçons de son âge passaient leur certificat d’études. Ses maîtres se nommaient Max Brod, Martin Buber, Gershom Scholem. Et Agnon, qui l’encouragea à écrire.

Ses livres ont mis longtemps à conquérir le cœur des Français.

C’est à l’Olivier qu’il finit par trouver « sa » maison, en 2004, avec Histoire d’une vie, ce chef-d’œuvre. Quatorze autres livres ont suivi.

Le publier fut et demeure un privilège. Celui d’avoir croisé la route d’un homme qui, avec humour et simplicité, gardait en lui, intacts, le sens du sacré qu’il avait reçu de ses grands-parents  et l’esprit rebelle hérité de ses oncles anarchistes. 

Olivier Cohen 

 

(c) photo Witi de Tera /Leemage/ L'Olivier

Pour aller plus loin

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous