Un grand bravo à Philippe Jaenada
ÉVÉNEMENT

Un grand bravo à Philippe Jaenada

PRIX FEMINA 2017

Partagez :

Le mercredi 8 novembre, le prix Femina 2017 a été attribué à Philippe Jaenada pour son dernier roman La Serpe, paru en août aux Éditions Julliard. Une consécration pour cet auteur cher aux Éditions Points, et une belle occasion de revenir sur l'ensemble de son oeuvre !  

 





Couverture La Serpe

 

La Serpe

Prix Femina 2017

Un matin d'octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n'est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l'unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l'arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d'un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l'enquête abandonnée. Alors que l'opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s'exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.
Jamais le mystère du triple assassinat du château d'Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d'Henri Girard, jusqu'à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu'à ce qu'un écrivain têtu et minutieux s'en mêle...

 






 





couverture néfertitti


Néfertiti dans un champ de canne à sucre, 2009

Néfertiti, c’est Olive, une belle inconnue rencontrée par hasard dans un troquet parisien. Pour la première fois, Titus, qui ressemble beaucoup à l’auteur, va tomber amoureux et devoir apprendre ce qu’est un couple. Pourquoi elle ? Comment vivre à deux ? Une belle histoire d’amour commence, pas sur le mode du romantisme, mais plutôt dans un genre décalé et lubrique.






 





couverture les brutes


Les Brutes, 2009 

Les Brutes, c’est le récit des trois premiers jours du service militaire de Philippe Jaenada. Lui qui est encore plein de vie et d’entrain se retrouve confronté à un univers obtus, où la place faite à l’humour et à l’autodérision est plus que restreinte. Il est contraint de marcher au pas, et il n’aime pas, mais alors pas du tout ça. Les dessins de Dupuy et Berberian illustrent avec drôlerie et poésie le désarroi de l’auteur.





 





manacorra, couverture


Plage de Manaccora, 16h30, 2010

Plage de Manacorra, 16h30, 2010

Tout avait si bien commencé. Insouciants et heureux, Voltaire, sa femme et son fils se préparent à une journée de farniente sous le soleil ardent. Mais un feu dévastateur embrase l’arrière-pays : la panique générale les accule vers la plage… Face à une mort qui semble inéluctable surgissent les souvenirs, ridicules et sublimes, de toute une vie. Un miracle peut-il encore advenir ?










Couverture Cosmonaute


Le cosmonaute, 2011

Nous vivions quelque chose d’extraordinaire. Nous nous aimions. Et puis Pimprenelle, si imprévisible, si aérienne, est devenue obsessionnelle et jalouse. Heureusement, j’ai adopté une méthode pour affronter la vie en toute sérénité : celle du chameau sauvage d'Australie. Lors des duels, il décide lui-même s'il a gagné ou non, et il se couche sur le flanc, sans se soucier de son adversaire.










femme et ours couverture



La femme et l'ours, 2012

Bix Sabaniego, écrivain parisien au succès modeste, s’ennuie. Un jour, une dispute conjugale le tire hors du foyer familial. C’est le début d’une longue errance fortement alcoolisée, une chute sans fin qui le conduit du canal Saint-Martin jusqu’à Monaco. En route, il croise des compagnons de beuverie, le plus grand joueur de poker de tous les temps, une vieille femme figée dans l’attente de son infirmière et un ours kidnappeur…












couverture Sulak


 

Sulak, 2014

Flics ou voyous, nul n’a oublié Sulak, garçon charmant, généreux, intègre. Accessoirement l’homme le plus recherché des années 1980. Déserteur de la Légion (l’avenir tout tracé, non merci), il braque des supermarchés avant de dévaliser les grands bijoutiers, de Paris à Cannes. Le fric, il s’en fout, il hait la violence : il veut épater. Itinéraire d’un gentleman cambrioleur doublé d’un roi de l’évasion.







Couverture Sulak


 

 

La Petite femelle, 2016

Novembre 1953 : la France entière réclame la tête de Pauline Dubuisson, accusée d'avoir tué de sang-froid son amant. Qui est donc cette beauté ravageuse ? Une arriviste calculatrice ? Un monstre de duplicité qui a couché avec les Allemands avant d'assassiner par jalousie un garçon de bonne famille ? Ou une jeune fille libre qui revendique avant l'heure son émancipation ?

 



Pour aller plus loin

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous