Plage de Manaccora, 16h30 de Philippe Jaenada

6,5€ // 224 pages
Paru le 18/02/2010
EAN : 9782757814925

Plage de Manaccora, 16h30

Philippe Jaenada

Littérature

Partagez :

Tout avait si bien commencé. Insouciants et heureux, Voltaire, sa femme et son fils se préparent à une journée de farniente sous le soleil ardent. Mais un feu dévastateur embrase l’arrière-pays : la panique générale les accule vers la plage… Face à une mort qui semble inéluctable surgissent les souvenirs, ridicules et sublimes, de toute une vie. Un miracle peut-il encore advenir ?


Romancier français né en 1964, Philippe Jaenada est l’auteur du Chameau sauvage (prix de Flore 1997), adapté à l’écran sous le titre À + Pollux. Ses ouvrages Les Brutes et Néfertiti dans un champ de canne à sucre sont disponibles en Points.



« Jaenada réussit son drôle de drame, haut le cœur, avec son talent unique de feu follet. »

Elle

Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

13 septembre 2017
Sophie Gauthier

Pour Voltaire, le narrateur, sa femme Oum et leur fils Géo, elles avaient plutôt bien commencé ces vacances à San Nicola, un hameau de l'Italie du Sud. tout ce qui fait le charme et la banalité de vacances réussies était réuni : soleil, lumière, couleurs, farniente et le temps de rêver au temps qui s'apaise. Mais une écharpe de fumée, aperçue le matin du 3ème jour, et c'est la fuite éperdue vers la plage où tout le monde espère trouver refuge contre l'incendie dévastateur.
Voltaire et sa famille se retrouvent à crapahuter, avec la panique aux tripes, vers cet abri illusoire, pour se retrouver finalement pris au piège entre la mer, les fumées toxiques et les collines en flammes. Image cauchemardesque !

Dans cet exode tragique, les corps réagissent mécaniquement, marcher, courir, nager, avancer toujours alors que les pensées s'affolent, se bousculent comme précipitées par le peu de temps qu'il reste : panoramique mémoriel d'où émergent par flashes des souvenirs en vrac ; perception fulgurante de la situation présente ; tri désespéré entre accessoire et essentiel ; tractations avec le ciel, Dieu, soi-même, le destin afin de trouver le moyen de préserver les précieux : la vie d'un fils, de la femme aimée ; promesses secrètes de ne plus jamais oublier la relativité des choses, la fragilité de l'existence et d'en tirer leçon pour vivre et aimer mieux, plus fort, autrement.
Mais que restera-t-il de ces résolutions illusoires lorsque le danger sera passé ? Lorsque la conscience d'être mortel s'estompera ?
Ces moments extrêmes où la vie est sur le point de basculer, Philippe Jaenada les exprime au plus juste en les habillant d'un humour savamment dosé, qui contrebalance pudiquement la peur de mourir et surtout celle de voir mourir les autres.
Cet équilibre de funambule est maintenu tout du long et donne un reflet très réaliste de la tragi-comédie humaine, exacerbée par l'approche de la mort.
Le récit de ces quelques heures interminables m'a tenue en haleine tout en me faisant sourire des remarques qui viennent spontanément à l'esprit même lorsqu'on est plongé dans la tragédie. Avec une élégance de voyou, Philippe Jaenada nous raconte ce que nous sommes finalement : si petits, si faibles, si moches, si beaux, si forts et si humains.

 

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous