Pékin pirate de Xu Zechen

6,6€ // 192 pages
Paru le 22/02/2018
EAN : 9782757862506

Pékin pirate

Xu Zechen

Littérature

Partagez :

Sous une tempête de sable, DunHuang sort de prison. Ses espoirs renaissent : il veut faire fortune et fonder une famille au pays. Comment s’y prendre sans un sou en poche ? Ex-faussaire, DunHuang replonge dans l’illégalité et vend des DVD pirates avec la belle Xia. Sa verve lui permet de gravir les échelons du Pékin souterrain, peuplé de petites frappes, prostituées et policiers corrompus…

Né en 1978 dans le Jiangsu, Xu Zechen a étudié la littérature chinoise à l’université de Pékin. Il a remporté de nombreux prix littéraires et a été sélectionné par People’s Literature comme l’un des vingt écrivains chinois les plus prometteurs.

« Vif et plaisant. Les risques que prennent les personnages ? la façon dont leurs rêves se fissurent et dont leur énergie reste intacte ? emportent le lecteur dans un tourbillon réjouissant. »

Le Monde des livres

Traduit du chinois par Hélène Arthus

 

Commentaires

9 avril 2018
Hélène

A sa sortie de prison, Dun Huang retourne à Pékin : condamné pour faux papiers, il repart à partir de rien dans la grand mégalopole chinoise. Par chance, il rencontre une jeune vendeuse de DVD pirates qui l'initie au commerce. La jeune Xia met de l'argent de côté dans l'espoir de quitter la ville pour retrouver sa famille et élever son futur enfant loin de l'effervescence pékinoise. Dun Huang, lui, pense juste à survivre au jour le jour.

Ces héros malchanceux sont finalement attachants, perdus dans les trafics, fuyant les policiers, espérant se former un pécule pour échapper aux aléas de l'existence, ils vivent dans un monde souterrain faits de petits boulots illicites, entre corruption et alcool pour noyer ses peines.

"Les gagne-petit ont bien du mal à faire bombance dans ce foutoir pékinois, mais y crever de faim est tout aussi difficile..."

Ce petit roman se lit facilement, portrait d'une génération et d'une ville dans laquelle le commerce illicite est monnaie courante.

24 mars 2018
Hélène TREGARO (jurée du prix)

Avec Pékin pirate, XU Zechen nous propose un voyage en Chine, dans l'économie parallèle des faussaires et vendeurs de DVD illégaux. DunHuang est l'un d'eux. Fraîchement sorti de prison, il se métamorphose : sa sensibilité et son coeur tendre se révèlent. Le délinquant macho devient alors sentimental et attachant par sa loyauté. Il devra être sur ses gardes car sa liberté ne tient qu'à un fil.

L'écriture acérée de XU Zechen colle parfaitement à l'histoire qu'il raconte. Un roman aussi agréable que facile à lire.

19 mars 2018
Christine Gazo

J'ai découvert ce roman dans le cadre du Prix du Meilleur Roman 2018.
L'action se déroule dans Pékin où le trafic de faux (papiers, certificats, dvd...) est le moyen de survivre de bon nombre de pauvres bougres... de difficultés à se loger en bons plans pour se réapprovisionner, d'histoires de fesses en recherche de stabilité, les protagonistes déambulent dans les banlieues de la mégapole...beaucoup de solitude, de précarité, de fatalisme...et les contrôles de police à esquiver...
Je suis très vite rentrée dans ce récit court et dépaysant... et ça a été une bonne découverte !

12 mars 2018
Lilylit

Chronique sociologique haute en couleur, Pékin Pirate se lit facilement et aisément, mais pourtant je n’ai pas été complètement conquise. Cette lecture m’a rappelé Dix yuans un kilo de concombres, qui m’avait également laissée un peu sceptique et extérieure au récit. Je pense que j’ai du mal avec cette forme de réserve dans l’écriture qui m’empêche de sympathiser vraiment avec les personnages. Le récit manque d’émotions à mon goût, celles-ci sont à peine devinées mais jamais exprimées, et il me manque quelque chose pour adhérer tout à fait.

De plus, la fin m’a paru assez brouillonne et vite expédiée, renvoyant chaque personnage à sa condition, et faisant de DunHuang une sorte de gentil dindon de la farce. Une lecture détente et sociologique mais pas prenante.

12 mars 2018
Sonia B.

Livre lu dans le cadre du Prix des lecteurs Romans 2018.
« Pékin pirate » raconte les tribulations d’un chinois fraîchement sorti de prison, DunHuang qui va devoir affronter un monde où seule la débrouille s’offre à lui pour s’en sortir. Plongé dans un environnement assez hostile, il trouve sur sa route une jeune fille, Xia XionRong, qui va l’initier au trafic de DVD piratés en tous genres. On suit donc les aventures plus ou moins heureuses de ce personnage qui ne renonce jamais et dont on se demande s’il parviendra à atteindre une vie meilleure. L’auteur nous fait découvrir un Pékin grouillant et miséreux où l’instinct de survie se rencontre à chaque coin de rue. L’écriture est vive et rapide et retranscrit finalement assez bien le rythme de vie effréné du héros. Toutefois, même si j’étais assez curieuse de découvrir ce livre, je n’ai pas été séduite par cette histoire lue assez rapidement et sans beaucoup d’enthousiasme.

12 mars 2018
Sophie Gauthier

Lorsque DunHuang revient à Pékin après sa sortie de prison, deux idées le guident : faire fortune et retrouver QiBao, la petite amie de son ami BaoDing encore incarcéré. Mais la bande de faussaires à laquelle il appartenait a été démantelée et il se résout à vendre sous le manteau des DVD piratés. Entreprenant, habile à la négociation, il se fait vite une place dans ce Pékin clandestin où la corruption et le risque sont omniprésents.

Le récit au présent s'articule autour de phrases brèves, factuelles, qui laissent peu de place aux considérations psychologiques des personnages. Ce tempo très rapide donne un sentiment d'urgence et de fuite en avant, mais m'a interdit de m'attacher véritablement aux personnages et à leurs mésaventures.

Pour moi, l'intérêt de ce roman réside surtout dans l'atmosphère dépaysante et dans la description des trafics auxquels sont conduits les jeunes gens.

10 mars 2018
Missbook

Avis de tempête sur Pékin. Le loess recouvre le ciel et les rues. DunHuang, 25 ans, sort de prison après trois mois de détention pour trafic de faux.
Passée la joie de recouvrer la liberté, il se confronte au bout de quelques heures seulement, à la dur réalité. Où dormir ? Comment se nourrir ? A la suite de leur arrestation le groupe a été démantelé : il n'a plus rien.
Désespéré il fait la rencontre de Xia. Plongée jusqu'au cou dans la vente de DVD piratés, elle rêve cependant de quitter Pékin et de fonder une famille. Leur innocence les rapproche et, grace au bagout de DunHuang, développent leurs ventes.
"Qui travaille plus, gagne plus. Si ar chance on ferre un bon pigeon, c'est la fête ! A nous la belle vie !"
Loyal, il n'oublie pas pour autant son ami BaoDing, toujours incarcéré pour s'être dénoncé à sa place. Et pour l'aider à sortir de là, il va tout mettre en oeuvre pour retrouver QiBao, la seule à pouvoir l'aider.
Sur fond de misère, de prostitution, de corruption et de pollution, la description de cette Chine est d'un triste réalisme. Et c'est cette vision intérieure de la Chine contemporaine que l'auteur nous fait découvrir.
Cette jeunesse, condamnée aux trafics en tout genre pour survivre, nous laisse finalement un peu d'espoir par la sensibilité l'optimisme et le courage des protagonistes.

8 mars 2018
Mumu dans le Bocage

Ma lecture

Le récit se veut, je pense, une sorte de chronique de la petite délinquance chinoise à Pékin : trafics en tout genre, prostitution, comment survivre lorsque l'on est sans ressource, sans étude, perdu dans cette ville qui baigne dans le loess (poussière jaune) qui envahit l'atmosphère comme le livre qui baigne dans un climat poisseux et assez pessimiste.

Pourtant DunHuang, 25 ans, malgré son passé de vendeur de faux papiers a un côté sympathique : loyal en amitié, redevable envers son complice BaoDing qui est condamné à une plus grosse peine, il n'a qu'une idée en tête : trouver l'argent nécessaire à sa sortie ainsi que sa petite amie QiBao. Il fera des rencontres plus ou moins heureuses, aura des rêves ou des cauchemars, des envies de vie stable. Il a plein d'idées pour développer son "petit commerce", il observe, il s'adapte, il est tenace.

J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher au personnage, à l'histoire : je l'ai lu comme on un récit sur la vie chinoise dans sa capitale pour ceux que la vie a laissé sur le bord du chemin, qui vivent dans la misère et la débrouille.

L'écriture : je ne sais pas si cela vient de la traduction ou si c'est le style de l'auteur mais les phrases sont courtes, un texte haché (c'est comme cela que je l'ai ressenti), qui file, vite. Peu de réelles émotions, c'est un peu journalistique, assez froid et distant. Par instant je pensais que le récit allait prendre un peu d'épaisseur, que l'on allait nous embarquer un peu plus, mais cela reste assez superficiel.

On découvre la vie chinoise : la cuisine, les rues, les quartiers, la débrouille et les petits arrangements, c'est un voyage pessimiste, sûrement réaliste mais dans lequel je n'ai pas été embarquée.


Pour moi un roman qui tient plus du documentaire romancé, sans volonté de donner corps aux protagonistes, ils sont là, font leurs "petites affaires" puis s'en vont et on ne cherche d'ailleurs pas à s'attacher à eux, même les relations  dans les couples sont assez distantes, froides,  peu de vrais sentiments à part peut-être l'amitié entre DunHuang et BaoDing. Mais peut-être en est-il réellement ainsi dans cette partie de la société chinoise et si c'est le cas c'est bien rendu mais cela n'en fait pas pour moi un roman attachant.

1 mars 2018
Ranc Séverine

Lecture dans le cadre du prix du meilleur roman Points.

Voilà un roman terriblement réaliste et contemporain.
DunHuang, 25 ans, sort de prison après trois mois pour fabrication de faux papiers.
Il retourne à Pékin à la recherche de QiBao, la petite amie de BaoDing qui a été arrêté en même temps que lui.
Il se retrouve sans un yuan en poche, obligé de dormir sous les ponts, de subir la pollution oppressante d'une ville envahie par le lœss jaune tout en fumant et en buvant plus que de raison.
Il rencontre Xia XioRong, une vendeuse à la sauvette de DVD piratés et se lance lui aussi dans la vente interdite de DVD pirates, films classiques ou modernes, et surtout pornos, qui rapportent le plus.
On déambule dans les rues d’un Pékin grouillant de vie et on partage le quotidien de DunHuang et de ces jeunes qui doivent vivre de petits trafics, depuis les DVD piratés aux faux papiers, en passant par les fausses factures.
C’est l’envers du rêve chinois : la misère, la marginalité, les rues hyper polluées.
Un texte court qui parle de la Chine d’aujourd’hui, d’une certaine jeunesse chinoise mais qui finalement parle aussi tout simplement de notre époque.
Il m’aura fallu quelques pages pour entrer véritablement dans l’histoire, sans doute par méconnaissance de la Chine, mais c’est une découverte très intéressante.

27 février 2018
Amélie N.

Nous découvrons dans ce roman très court la vie quotidienne d'une poignée de chinois survivant au jour le jour du fruit de leur business illégal. Dans un cadre dépaysant, Xu Zechen nous dépeint de sa plume imagée une tranche de vie faite de solitude, de rêves, de soif de liberté, de débrouille et surtout de cette touchante solidarité naturelle qui unit les plus démunis dans les moments les plus durs. À peine le temps de commencer s'y attacher que le livre se referme abandonnant ces âmes errantes à leur sordide boucle qui paraît sans fin. Le lot de beaucoup finalement, en Chine ou ailleurs dans toutes nos sociétés dites modernes.

 

À la une sur le cercle Points

Prix du Meilleur Roman

Sélection 2018

Sélection du Prix du Meilleur Roman des lecteurs de Points

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous