Les Partisans de Aharon Appelfeld

7,3€ // 336 pages
Paru le 02/06/2016
EAN : 9782757859100

Les Partisans

Aharon Appelfeld

Littérature

Partagez :

Après son évasion d’un camp, le jeune et intrépide Edmund s’est réfugié auprès d’un groupe de partisans. Ces résistants juifs survivent en territoire occupé. Organisés autour de leur chef Kamil et de la vieille Tsirel, ils sont bien davantage que des âmes en sursis. Ils tendent des embuscades aux Allemands, font dérailler leurs trains, et entretiennent l’espoir grâce à la prière et à la fraternité…

Aharon Appelfeld est né en 1932 à Czernowitz, en Bucovine. Citoyen israélien, il est l’auteur de plusieurs romans dont Histoire d’une vie (prix Médicis étranger 2004) et Le garçon qui voulait dormir (2011), disponibles en Points.

« Un récit de survie puissant. »

Marine Landrot, Télérama

Traduit de l’hébreu par Valérie Zenatti

Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

14 juin 2016
Richard S.

Voilà un roman original ! Bien sûr la thématique est dramatique : ces « partisans » ont fui les ghettos en Ukraine et se cachent dans les montagnes pour échapper aux nazis et à la déportation des juifs. Mais le ton du livre est curieusement léger. On a parfois l’impression de voir de jeunes scouts qui s’organisent pour vivre dans la nature plus que des résistants qui risquent leur vie à tout instant.
Les chapitres sont courts, racontant chacun une sorte d’épisode de cette vie clandestine. L’auteur ne joue pas exagérément la note dramatique. Du coup la destinée de ces hommes et de ces femmes courageux nous touche encore plus.
Un joli roman sur un épisode dramatique de la deuxième Guerre Mondiale mais qui n’est pas pour autant sombre et pesant.

11 juin 2016
Béatrice

"Les partisans" ou la chronique de maquisards juifs à la fin de la IIe Guerre Mondiale et leur vie en communauté.
Le plus de ce livre par rapport à une thématique très ressassée est la dimension spirituelle très présente chez tous les personnages. Elle donne une image de tolérance qui est une leçon et un modèle de vie (illusoires ?) nécessaires à toute communauté, particulièrement de nos jours. Les notions de transition vers un "autre monde" ou les allégories sur la mort et l'au-delà sont évoquées, on comprend bien pourquoi, mais la dimension qui leur est donnée est apaisante, rassurante presque. De la matière à reflexion quelles que soient nos croyances (ou nos non-croyances).
Une variété de personnages hétéroclytes en âge ou origines enrichit le texte et l'humanise. Sans sombrer dans l'héroïsme extrême ni la mièvrerie, il leur manque peut être une couche, une épaisseur qui les rendrait plus atttachants, qui aurait donné au lecteur cette envie de se les approprier. Ce qui aurait fait de ce livre une oeuvre plus émouvante, plus sensible.
Une belle lecture en somme.

2 juin 2016
Johanna Lilas

L’histoire se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale en Ukraine. Edmund, le narrateur, est un jeune juif qui a rejoint un groupe de combattants pour fuir la répression allemande. Dans ce groupe de résistants, il y a des hommes, des femmes et des enfants. Ce sont des Juifs ou des communistes qui résistent contre l’occupation allemande et l’extermination.

L’auteur crée une atmosphère particulière dans ce campement coupé du monde. Le seul lien qu’ils entretiennent avec l'extérieur ce sont les vols qu’ils sont obligés de commettre pour pouvoir nourrir et protéger le groupe.

Les scènes sont brèves, il y a souvent des références à la religion. Au fil des pages, on en apprend un peu plus sur l’histoire personnelle de ces combattants et la raison pour laquelle ils ont choisi la résistance. Le collectif et l’intérêt général priment. La vie quotidienne est bien organisée, chaque personnage a un rôle précis. Il y a Tsirel, la grand-mère qui parle avec les vivants et les morts, Kamil le chef aguerri, Salo l’infirmier, Milio l’enfant qui ne parle pas mais qui s’exprime avec les yeux, Isidore le spécialiste de la prière etc. Ces résistants acceptent d’accueillir des réfugiés issus des trains de la mort qu’ils font dérailler. Puis sonne l’heure de la Libération par l’Armée Rouge, le retour à la réalité est difficile pour certains combattants.

Ce texte a pour objectif en partie de décrire ce que les Juifs ont subi pendant la guerre : déportation, crime de masse, camp de la mort etc. Le ton est un peu froid et mécanique au départ mais il s’améliore au fil du récit. Les chapitres courts donnent un rythme rapide au texte. C’est un bon roman qui mêle fiction et réalité.

30 mai 2016
Cédric Moreau

Ce roman est une petite pépite brute à l'écriture accessible mais puissante. Avec des mots simples, l'auteur parvient à nous faire ressentir les atrocités de la guerre et les incidences que la barbarie allemande a pu avoir sur la population juive. En creux de son histoire, il met en lumière les conséquences désastreuses que va avoir sur des générations entières l'anathème proclamé par Hitler sur le peuple israélite. Un livre qui, même s'il s'agit d'un fiction, se lit comme un témoignage bouleversant ; en cela, il nous procure des émotions intenses.

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous