Les Loups blessés de Christophe Molmy

7,5€ // 360 pages
Paru le 10/03/2016
EAN : 9782757857458

Les Loups blessés

Christophe Molmy

Policiers, thrillers & romans noirs

Partagez :

Deux hommes blessés. Matteo Astolfi, criminel de haut rang, meurtri par une vie de braquages, d’extorsions, d’années passées en prison. Le second, Renan Pessac, commissaire à Paris, usé par son métier, la pression de sa hiérarchie, les trahisons de ses indics. Leurs destins vont se percuter. De braquages en filatures, ils vont se chercher, se traquer. Et tenter de connaître une impossible rédemption.

Christophe Molmy est chef de la BRI à Paris, service spécialisé dans la lutte contre le grand banditisme. Il a commencé sa carrière à la BRI de Marseille et a longtemps travaillé à l’Office central pour la répression du banditisme.

« Christophe Molmy fait une entrée fracassante dans le monde du polar. Il y a du Engrenages et du The Wire dans ce premier roman. »

Metronews

 

Commentaires

20 novembre 2016
Dominique

Christophe Molmy Les Loups blessés
Un policier est-il bien placé pour écrire un roman policier ? Avec ce roman dont l’auteur est chef de la BRI, on peut répondre oui. Bien sûr, c’est classique :
Classique le braquage meurtrier de convoyeurs de fonds, la vie des cités;
classique les Arabes et les Corses en malfrats. Classique : le policier cabossé par la vie,.
Classique encore les relations parfois troubles entre les policiers, les indicateurs, les prostituées, inévitables sans doute, comme on l’a vu chez Olivier Marchal et dans Braquo par exemple. Plus psychologique que sanglant : on suit avec intérêt le policier et le malfrat qui malgré tout ce qui les oppose, ne sont pas des hommes si différents.
Alors quand on a dit cela ? : eh bien c’est un très bon polar, reflet de la société d’aujourd’hui, qui témoigne au plus près de la vie des policiers, des changements qui s’opèrent au sein même du milieu - conflit des générations, évolution des codes – mais sans en faire trop.
C’est bien écrit. L’argot est imagé comme il se doit, les dialogues enlevés ; l’intrigue est intéressante sinon originale.
C’est un premier roman et un très bon moment de lecture.

15 novembre 2016
Cécile Gl

Les Loups Blessés, Christophe Molmy

Pour être franche, la quatrième de couverture ne m’avait pas emballée, encore un polar bien noir, de flics et voyous névrosés, du côté obscur d’une société immuable, annonçant une histoire déjà lu maintes fois. En plus un premier roman, mal maitrisé …peut-être.
Et bien non !
C’est un livre d’action qui nous met en haleine, au rythme soutenu bien ficelé avec ces 2 couples de malfrats, frères de sang et de destin. Effectivement, l’auteur nous relate le jeu du chat et de la souris vieux comme le monde du polar mais avec brio et expérience apparemment. Ce qui m’a le plus surprise c’est l’usage d’explosif pour braquer un fourgon, un dépôt d’argent, une prison comme on dégaine le pistolet de la pompe à essence pour faire le plein. Vraiment ?
Christophe Molmy est bien placé pour nous le raconter. Ses personnages sont suffisamment fouillés et attachants pour nous captés tout comme les lieux qu’il décrit avec fidélité qu’il s’agisse de Paris ou Marseille.
La réserve que je ferais se situerait sur le prologue qui nous annonce la couleur, en partie, sur le dénouement. Ça devient une manie ces prologues. Pour nous accrocher plus rapidement ? Ici c’était inutile, voire contre productif quant au suspense de l’histoire.
Ceci dit, j’ai beaucoup aimé et espère bien lire d’autres ouvrages de Molmy de ce calibre.

18 octobre 2016
CHANTAL LAFON

Le commissaire Pessac et ses hommes ont à faire avec un braquage de fourgon blindé qui tourne mal.
Ils sont sur les dents et doivent enquêter avec célérité pour éviter l'hémorragie.
Mais pour cela il faut lutter avec le grand banditisme qui fait trop souvent la une des journaux en mettant en avant les criminels plus que les policiers.

Un bras de fer se joue entre le policier et le caïd.
C'est un roman très visuel, agréable à lire et très réaliste.
Cependant le lecteur a l'impression de déjà vu car il épouse les séries télévisées : filatures, enquêtes, compromissions, indics, fric...
Pour les amateurs de polars classiques, tous les ingrédients y sont.

1 août 2016
Jean-Pierre

pour un premier livre, c'est vraiment une belle réussite. Avec des personnages que l'auteur arrive à rendre attachants quelque soit leur milieu et beaucoup d'action. On sent soit l'expérience, soit une très bonne documentation en ce qui concerne les braquages. On espère d'autres romans bien vite!

28 juillet 2016
CécileGl

Les Loups Blessés, Christophe Molmy

Pour être franche, la quatrième de couverture ne m’avait pas emballée, encore un polar bien noir, de flics et voyous névrosés, du côté obscur d’une société immuable, annonçant une histoire déjà lu maintes fois. En plus un premier roman, mal maitrisé …peut-être.
Et bien non !
C’est un livre d’action qui nous met en haleine, au rythme soutenu bien ficelé avec ces 2 couples de malfrats, frères de sang et de destin. Effectivement, l’auteur nous relate le jeu du chat et de la souris vieux comme le monde du polar mais avec brio et expérience apparemment. Ce qui m’a le plus surprise c’est l’usage d’explosif pour braquer un fourgon, un dépôt d’argent, une prison comme on dégaine le pistolet de la pompe à essence pour faire le plein. Vraiment ?
Christophe Molmy est bien placé pour nous le raconter. Ses personnages sont suffisamment fouillés et attachants pour nous captés tout comme les lieux qu’il décrit avec fidélité qu’il s’agisse de Paris ou Marseille.
La réserve que je ferais se situerait sur le prologue qui nous annonce la couleur, en partie, sur le dénouement. Ça devient une manie ces prologues. Pour nous accrocher plus rapidement ? Ici c’était inutile, voire contre productif quant au suspense de l’histoire.
Ceci dit, j’ai beaucoup aimé et espère bien lire d’autres ouvrages de Molmy de ce calibre.

27 juillet 2016
Jean-Marc Deverre

C'est un premier essai réussi que ce polar de Christophe Molmy, flic dans le civil, qui livre avec Les loups blessés un opus classique et efficace.

On est ici dans le milieu du grand banditisme, celui qui vit et se nourrit de l'argent de la drogue et des jeux, tout en se livrant de temps à autre à des braquages explosifs et meurtriers.

Et c'est un de ces braquages qui va mettre la brigade du commissaire Renan Pessac à le recherche des frères Belkiche et Astolfi, deux fratries inégalement expérimentées, réunies par hasard pour le pire plus que le meilleur.

Je l'ai dit, tous les classiques du genre y passent : les planques, les interrogatoires, les indics, les courses poursuites, les avocats ambigus quand ils ne sont pas corrompus, la hiérarchie policière qui s'impatiente etc. Et dans les classiques du genre, il y a également quelques invraisemblances, coïncidences vraiment troublantes, descriptions parfois un peu longuettes...

Mais cela fonctionne, dans un style qui aurait gagné à un peu plus d'emphase, mais avec une description des personnages bien vue et qui aide à conserver l'attention.

Premier essai réussi donc avec un conseil pour le prochain opus : lâchez-vous davantage, Christophe Molmy !

23 juillet 2016
frediani

Ce livre décrit deux personnages blessés : l’un Matteo Astolfi, un criminel de haut rang, par une vie de braquages, d’extorsions, d’années passées en prison et l’autre Renan Pessac, commissaire à Paris, par son métier, la pression et ses indics.
Si au départ, j’ai eu un peu de mal à entrer dans ce récit, les chapitres très courts qui le rythment mettent en place une intrigue qui quoiqu’assez classique est intéressante. J’ai particulièrement apprécié le côté très réaliste de la description du grand banditisme, de la traque des criminels et notamment des planques.
Au final, j’ai lu avec plaisir ce polar avec ses flics fatigués, ses indics manipulateurs et ses portraits de bandits.

21 juillet 2016
Bernard

Un braquage de fourgon blindé en région parisienne par une équipe composée de deux voyous de banlieue, Imed et Nordine Belkiche, et d’un Corse prénommé Doumé, tourne au drame. Attaqués à l’arme lourde, deux convoyeurs de fonds sont abattus froidement et tout cela pour un butin des plus modestes. Quand il apprend la nouvelle, Matteo Astolfi, voit rouge. Il en a assez des sottises de son jeune frère Doumé et voudrait bien lui-même finir en beauté. Renan Pessac, commissaire blanchi sous le harnais et relativement désabusé se retrouve chargé d’une affaire qui va tourner au bras de fer entre Matteo et lui, au combat à mort entre deux loups blessés.
« Les loups blessés » est plus un roman noir qu’un roman policier à énigme et suspects multiples, style « whodunit » (cf Agatha Christie et consoeurs). Ancien patron de la BRI, Molmy sait de quoi il parle et ce qu'il raconte sent le vécu. Il permet au lecteur d’assister à tout, aussi bien côté flics que côté voyous, ce qui est relativement intéressant, car on ne vit pas la même chose selon le camp où l’on se trouve. Quoique. Les caractères sont aussi bien trempés que bien décrits. L’intrigue est bien menée, intéressante, crédible. Seul bémol : dans un désir louable de précision technique, l’auteur décrit tout par le menu, jusqu’aux plus infimes détails d’une filature ou d’une planque, ce qui ralentit un peu trop à mon goût le rythme de la narration. Il n’en demeure pas moins que ce livre permet de passer un bon moment de lecture et pourrait certainement donner lieu à une belle adaptation cinématographique.

17 juillet 2016
Doris Séjourné

Paris est en émoi : le braquage d'un fourgon blindé a mal tourné, deux convoyeurs sont morts. Pour résoudre l'enquête, les regards se tournent vers le commissaire Renan Pessac. Loup solitaire, il sait tout de la violence, des mauvaises fréquentations et des coups bas des indics. Dans ce petit milieu, amis et ennemis se connaissent.
Un super policier opposé à un grand braqueur, une enquête qui piétine, des frères soudés, les indics, la Corse, Marseille, les voyous ordinaires des cités, tels sont les ingrédients de ce polar à la dramaturgie très masculine façon Olivier Marchal.
Inspiré par son expérience de terrain, Christophe Molmy privilégie le réalisme, comme le montrent les trop nombreuses et longues scènes de planque ou de filature, certes instructives, mais lassantes à la longue. Il manque un petit quelque chose à ce premier roman pour sortir du sérieux dans lequel il s’enferre. Des dialogues acérés, percutants, une musicalité, voilà ce qui m’a manqué. Allez, je vais me relire un Pelecanos pour me consoler.

16 juillet 2016
Sandrion

Avec Les loups blessés, on est vraiment dans le roman policier classique mettant en scène deux personnages traditionnels, le flic fatigué, le commissaire Renan Pessac, usé par son métier (la nécessité de faire du chiffre, le lien difficile mais indispensable avec les indics, les "tontons", les heures données sans compter) et le truand impitoyable, Matteo Astolfi qui aimerait bien se ranger : deux loups plus ou moins blessés et moins différents qu'on ne pourrait le croire.

Christophe Molmy signe là son premier roman, il est chef de la BRI à Paris, spécialisé dans la lutte contre le grand banditisme, et c'est d'ailleurs ce que j'ai apprécié dans ce roman qui sonne très juste car l'auteur nous fait vraiment entrer au cœur du travail des policiers lorsqu'ils prennent quelqu'un en filature par exemple, à travers leurs pratiques, leurs dialogues, leur langage spécifique.

L'intrigue en elle-même n'est pas vraiment palpitante, l'intérêt vaut davantage pour les relations entre le commissaire et ses indics ou entre le criminel et ses proches par exemple. C'est aussi très sombre, et l'affaire se solde par un peu trop de morts à mon goût, surtout que j'ai lu la fin de ce roman juste après la tuerie à Nice et j'ai eu un peu de mal...

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous