La Femme congelée de Jon Michelet

7€ // 352 pages
Paru le 05/01/2012
EAN : 9782757826164

La Femme congelée

Jon Michelet

Policiers, thrillers & romans noirs

Partagez :

Le cadavre d’une femme est retrouvé dans le jardin de Thygesen. Le passé de cet ancien policier en fait un suspect idéal : il a été mêlé à plusieurs affaires criminelles et accusé de meurtre. L’évidence de sa culpabilité semble arranger beaucoup de monde… Car une enquête approfondie menacerait de révéler les trafics des mafias et la corruption politique d’un pays jusque-là jugé modèle, la Norvège.


Jon Michelet est un écrivain norvégien né en 1944. Pionner du genre policier dans son pays, La Femme congelée est son premier roman publié en français, mais nombre de ses textes ont été adaptés au cinéma et traduits dans plusieurs langues.


« Jon Michelet frappe fort … Le revoici avec sa langue pétillante et musicale.»

Aftenposten (Oslo)



Traduit du norvégien par Éric Eydoux


Grand Prix norvégien de littérature policière 2001

 

Ce livre fait partie de la sélection du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points 2012. Pour en savoir plus sur ce Prix et tenter de rejoindre le jury, utilisez la barre de navigation ci-dessous.

 

Pour aller plus loin
Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

22 octobre 2012
Marie

Je ne sais pas si c'est dû à la traduction mais que de difficultés pour parvenir à lire ce polar.
Long, peu intéressant, une intrigue finalement plate...bref, un ouvrage que j'ai rangé et déjà oublié!

9 octobre 2012
christine SCHIMMER

Très décevant… L’originalité essentielle est dans le titre. Pour le reste, le montage parallèle entre l’enquête policière et les différents protagonistes impliqués dans l’affaire reste assez artificiel et n’apporte pas grand chose au roman. Aucun des personnages ne suscite suffisamment l’intérêt pour donner envie de lire la suite, sans doute parce qu’ils sont esquissés. La Norvège et la Suède restent un cadre assez artificiel : seuls les noms de lieux et de personnages attestent du caractère « nordique » du roman et l’arrière-plan social et politique est beaucoup trop sommaire si on le rapporte aux romans de Nesbo.
Enfin, l’ énigme posée par la mort de la « femme congelée » a du mal à passionner et les réponses apportées dans le dernier chapitre réduisent l’affaire à peu de choses, que le lecteur avait plus ou moins devinées.
Seuls les personnages de Ryland et Thygesen offrent quelque intérêt, mais ne sont pas assez développés pour qu'on s'y attache...

17 septembre 2012
dominique dubuc

Pas grand chose à dire de ce roman norvégien... si! pour une fois pas trop de mal à me retrouver dans les noms des personnages... mais je crains qu'il soit aussi vite oublié que lu !

17 septembre 2012
Claire GILLET

Voilà donc un nouvel auteur venu du froid. Je connais peu d’auteurs « nordiques », et cela me tentait bien d’élargir mon horizon.

Mais je reste assez partagée sur ce roman, construit comme un puzzle : les personnages n’ont a priori rien qui les rapproche, et petit à petit on s’aperçoit qu’ils détiennent chacun un élément de l’énigme, ce qui suscite l’intérêt du lecteur. Cela dit, ils sont trop nombreux, et on finit par perdre le fil de l’histoire, tortueuse à souhait (les noms des personnages sont aussi parfois difficiles à retenir !).

Une partie intéressante de la construction de ce livre est le fait que la victime reste inconnue presque jusqu’à la fin ; ce n’est pas son identité qui permettra de comprendre pourquoi elle a été assassinée, mais tous les éléments permettant de comprendre les raisons de son assassinat qui déterminent son identité.

On a par contre du mal à s’intéresser aux policiers qui ne brillent pas particulièrement ; la résolution de l’intrigue provient davantage de concours de circonstances (témoignage décisif, aveux bienvenus…) que d’un raisonnement puissant. C’est probablement plus proche de la réalité, mais c’est aussi moins captivant.

De l’ensemble se dégage une impression de fadeur. Pour moi, il s’agit là d’un roman efficace sans plus. Je n’attendrai pas son prochain opus avec impatience !

16 septembre 2012
Olivier Bihl

En tant que membre du jury Points Polars 2012 mon avis sur le livre : http://passiondelecteur.over-blog.com/article-la-femme-congelee-jon-michel-prix-du-meilleur-polar-des-lecteurs-de-points-polar-2012-110150315.html

en clair :


Livre lu dans le cadre du partenariat et en tant que membre du Jury du Meilleur Polar des Lecteurs de Points 2012.

Quatrième de couverture :

Le cadavre d'une femme est retrouvé dans le jardin de Thyrgesen. Le passé de cet ancien policier en fait un suspect idéal : il a été mêlé à plusieurs affaires criminelles et accusé de meurtre. L'évidence de sa culpabilité semble arranger beaucoup de monde... Car une enquête approfondie menacerait de révéler les trafics des mafias et la corruption politique d'un pays jusque-là jugé modèle, la Norvège.

Avis et commentaires :

Difficile de suivre cette enquête policière entre politique et trafic de drogue entre la Norvège et les Pays Baltes.
Entre un ancien flic et avocat, Thyrgesen, au passé trouble et le couple de la criminelle formé par Vaage et Stribolt se noue une relation tendu dans le cadre de l'élucidation du meurtre d'une jeune femme retrouvée, nue et congelée, dans le jardin de Thyrgesen.

Sur fond de trafic de drogue entre bande de motards rivales, gros intérêt financier et chantage, l'enquêté avance à une allure des plus lentes et avec la multiplication des noms, surnoms des suspects et meurtrier, sans prise de note j'aurai été bien incapable d'avoir le fin mot de l'histoire. Pourtant relativement habitué à la littérature policière des Pays Nordiques, j'avoue avoir perdu parfois pied et ressortir de cette lecture, peu convaincu.

Sentiment donc des plus mitigé, un livre auquel j'attribuerai une note basse et que j'oublierai assez vite.

1 juillet 2012
Jan

L'accroche est alléchante : le polar nordique s'est tellement imposé ces dernières années que la découverte d'un auteur présenté comme « pionnier » ne peut qu’interpeller. L'histoire, également, peut être potentiellement intéressante, par ce qu'elle peut révéler de la société norvégienne.
Mais quelle déception ! Les 2 héros abordent une enquête sans queue ni tête, plaquent des conclusions face à un pauvre suspect qui n'a aucune crédibilité dans ce que l'auteur essaie d'en faire comprendre.
Des héros ridicules, et une manière d'écrire qui lasse très vite. Y a-t-il une forme d'humour dans la version originale, que la traduction aurait totalement fait disparaître ? Elle semble bien académique et ne contribue peut-être pas, on l'espère, à rendre justice au texte... Qui est d'un ennui à mourir.

22 juin 2012
Aurélie

Cinématographique, c'est le mot qui me parait convenir à cette histoire. J'aime le côté multi point de vue qu'adopte l'auteur. De nouveaux personnages sont sans cesse intégrés au récit sans que l'on ne comprenne bien pourquoi au départ, mais au final toutes les pièces s'assemblent et les liens se créent. Ce n'est pas sans me rappeler le procédé utilisé parfois par Tarantino. Les descriptions sont très parlantes et on se retrouve transporté dans le grand nord et ses immenses paysages glacés. Sans être le polar du siècle, le livre de Jon Michelet m'a convaincue. J'ai aimé son style sec qui se marie parfaitement à l'intrigue et ses personnages opaques. Un roman très cohérent au final.

18 juin 2012
Clotilde Cissé

Déception et frustration pour une fan du polar nordique.La 4ème de couverture est prometteuse mais très vite c'est l’insatisfaction qui prend le dessus face aux personnages qui ne sont que des enveloppes corporelles vides,face à une "non atmosphère".Je me suis fais violence pour achever ma lecture en espérant que peut être le dénouement serait à la hauteur mais rien ne s'est produit.

13 juin 2012
Isis-Anne Vachez

Pas de coup de coeur pour cette sélection, loin de là.
Le programme était pourtant alléchant: un meurtre mystérieux, la Norvège en toile de fond,...
Mais dès les premières lignes, le cliché couple d'enquêteurs mal assorti face à un coupable idéal m'a lassée, et les dialogues sonnent si faux !

10 juin 2012
Anne Duhem

Ce livre est le premier que j'ai choisi de lire dans le cadre du jury des lecteurs "Meilleur polar Points".

J'ai d'abord été surprise par le côté sec et... froid des premières pages, à la fois dans le style, très (trop) simple et dans le caractère des personnages. Du premier suspect, Thygesen, on peut se demander jusqu'au bout si c'est un manipulateur insensible ou un truand mi-repenti mi-faux bûcheron à la chemise pleine de sueur et d'attrait. Du couple d'enquêteurs, on est un peu choqué par la brutalité de la femme, Vanja Vaage, et la nonchalance de Stribolt, l'élément masculin de ce couple d’enquêteurs improbable. Si l’auteur a voulu créer un nouveau duo basé sur le gentil et la méchante, je le trouve assez pauvre.

Que dire de l'intrigue ? Comme le dit la quatrième de couverture, ce cadavre de femme "déposé dans le jardin de Thygesen a un lien avec la mafia, la traite des femmes, le pouvoir. Je n'ai pu m'empêcher de penser à Purge, récent coup de coeur, à la série Millenium, ô combien aimée, et même à Meurtriers sans visage, série que je viens de découvrir et où Wallander, dans ce premier opus, piétine presque aussi longtemps que Vaage et Stribolt dans son enquête. Mais... la comparaison n'est pas au profit de cette Femme congelée... Cette thématique très intéressante des femmes qui paient encore et toujours les pots cassés de la corruption et de l'appétit des hommes aurait pu être mieux traitée. Le récit est éclaté en différents points de vue (non que ce soit compliqué à suivre mais cela affaiblit l'ensemble, me semble-t-il), les dialogues sont longs, les enquêteurs, comme je l'ai déjà dit, ne sont pas sympathiques et... j'ai fini par m'ennuyer un peu, d'autant que l'on peut deviner très vite (en gros) la solution de l'énigme. Je me suis même posé la question d'abandonner vers la page 290, alors qu'il ne me restait que 50 pages à lire !

Ce roman a, paraît-il, reçu le Grand prix norvégien de littérature policière en 2001. Eh bien, ils se contentent de peu en Norvège !

Une lecture que je qualifierais... de rêche !

3 juin 2012
Anne Bonnefoy

L’histoire se déroule en Norvège ; quand ça se passe dans les pays du Nord en général le titre de l’ouvrage s’y réfère : on s’attend à avoir froid mais à découvrir des personnages sympathiques (excepté les « méchants « ), climat oblige..
Nous allons suivre l’enquête de Sribolt et Vaage, un « couple « de policiers comme nous en voyons souvent .
L’intrique est en fait assez « tordue » .
Une femme gelée est découverte dans le jardin d’un type au passé peu recommandable ; il s’agit bien sûr de l’identifier et de trouver le vrai criminel ou la bande d’assassins puisque la vérité n’est pas où est l’évidence. Qui est donc cette femme, quel chemin a t- elle parcouru pour se retrouver enfouie sous un picéa malade ?

Parallèlement à l’enquête, (qui piétine et nous aussi … ) nous faisons connaissance avec deux personnages appartenant à une bande de motards complètement allumés ! Ils travaillent pour des boss sans scrupules !Bref :des types dangereux !
Les histoires se croisent jusqu’à ce que tout s’éclaircisse enfin ! Dis-je avec optimisme : accrochez-vous !!
Se mêlent donc des rappels historiques sur des événements norvégiens nous rappelant que sous la neige tout n’est pas rose , le rose d’un pays démocrate et modèle : les trafics de tous ordres battent leur plein sous le nez de nos policiers intègres mais muselés !
La terrible vérité nous sera révélée tard, à nous de garder en mémoire les fragments du puzzle livré petit à petit à notre mémoire.
On apprend qui est la femme gelée mais cela ne suffit pas à nous emballer!
Cet ouvrage a reçu le "grand prix norvégien de la littérature policière" : difficile d'en comprendre les raisons..
Que de défauts ! Un scénario alambiqué etc..
Le chapitre 5 est un exemple de mise en scène tirée par les cheveux : les personnages sont "placés" et ça sonne faux!!
On pourrait lister les ficelles !
On va jusqu'au bout car telle est notre tâche mais il y manque trop d'éléments constitutifs d'un bon et vrai roman policier!!

30 mai 2012
Florent

Un roman policier nordique assez classique qui regroupe tous les ingrédients propres à ce genre littéraire.
Beaucoup, sûrement trop, de personnages dans ce récit. Cette multiplicité des acteurs ne permet pas au lecteur de les connaître suffisamment. Dès que le décors d'un personnage est planté (sa vie, sa personnalité) l'auteur passe à un autre. L'ancien flic Thygesen est le seul vrai "héros" de ce policier.

28 mai 2012
Pierre FAVEROLLE - Black Novel

Ce roman est sélectionné pour le prix Meilleurpolar.com organisé par les éditions Points, dont j’ai la chance de faire partie. On ne peut pas dire qu’il m’ait passionné, bien au contraire.
Vilhelm Thygesen est un ancien policier corrompu, qui vit d’une pension d’invalidité et de petits boulots comme assurer la défense de pauvres gens en tant qu’avocat volontaire. Ce matin de février, il va pour couper quelques branches de sapin, et découvre sous une bâche le corps d’une femme assassinée de plusieurs coups de couteaux.
Les agents de police connaissant son passé louche et sulfureux l’interrogent en ayant en tête qu’il est leur coupable. D’ailleurs, il semble bien que cela arrange beaucoup de monde qu’il soit le coupable dans cette affaire. Les inspecteurs Stribolt et Vaage vont donc mener l’enquête.
Ce roman commence bien mal ... et continue bien mal. Il est inutile de vous cacher que je n’ai pas aimé ce roman, car les personnages m’ont paru mal croqués, par trop de superficialité. L’intrigue elle-même est bizarrement menée, passant de l’affaire de la femme congelée à un gang de motards, puis un accident de la route. Bref, de quoi perdre le lecteur alors qu’on en est déjà à la moitié du bouquin.
Juste pour vous donner un exemple. Premier chapitre : l’interrogatoire du suspect et propriétaire de la maison se déroule. Un peu d’agressivité de la part des policiers et de suffisance chez Thygesen. Deuxième chapitre : après 3 jours, rien de nouveau sur l’affaire. Troisième chapitre : après une semaine, rien de nouveau sur l’affaire. Quatrième chapitre : après un mois rien de nouveau sur l’affaire.
Je caricature, bien sur, et pourtant c’est bien comme ça que j’ai pris le livre. Ajouté à cela que l’écriture est enfantine avec des expressions bizarres qui viennent probablement d’une traduction douteuse, ce roman restera pour moi l’exemple du roman où l’on lutte pour avancer. Et si ce roman a reçu le grand prix norvégien de littérature policière, c’est soit parce qu’il n’y avait pas grande concurrence cette année là, soit que je n’ai pas compris. A vous de vous faire votre propre opinion.

27 mai 2012
Cousteix Thierry

Nous sommes en Norvège.
Le cadavre d’une femme est retrouvée dans le jardin de Thygesen.

Thygesen est le coupable idéal : c’est un ex-flic gauchiste mêlé à la mafia. Sur fonds de trafics d’amphétamines, de truands venus des pays de l’Est et de magouilles politiques, les inspecteurs Stribolt et Vaage vont enquêter.
Nous sommes loin, très loin d’une paisible Norvège idyllique et de ses magiques forêts enneigées.
Alors la Norvège, un pays comme les autres ?
La traduction ne semble pas à la hauteur d’un polar qui nous laisse froid à défaut de froid dans le dos...sur notre fin !
Il s’agit du premier roman de Jon Michelet traduit en français.
Dommage !
TC, membre du Jury.

17 mai 2012
Françoise RIEU

Certes,
- on voyage dans de nombreux pays,
- à l’heure où la Norvège est sur le devant de la scène des actualités, un portrait de la vie politique et sociale est dressé,
- on découvre les relations de la Norvège avec la Suède, la Russie…
- les références culturelles ne manquent pas, les descriptions d’espaces publics et de leur évolution peuvent être très intéressantes (p209)
- le dessin des bandes motocyclistes et de leurs relations avec la vie nous renvoient à celles bien décrites également dans « le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » de Jonas JONASSON (l’humour en moins !)
mais ce « peu » ne nous fait pas oublier ni ne compense
- un nombre incalculable (j’en ai noté 28 et il en manque) de personnages qui arrivent en permanence dans le récit y compris en toute fin et ne nous permettent pas de nous « installer » dans l’histoire,
- une construction de récit « alambiquée » avec peu de rapport au monde quotidien de chacun de ces personnages dans la progression chronologique du déroulement de l’histoire,
- un dénouement quelque peu « fade » dans sa narration,
- des personnages qui, en plus d’être trop nombreux et à l’exception de Thygesen peut-être, ne prennent que trop peu le temps d’être campés dans leur quotidien et dans leur caractère (sauf peut-être Vaage cette fois).
On ne peut s’empêcher de penser à MANKELL en lisant ce policier en se demandant ce que Jon MICHELET apporte de plus, de mieux et en regrettant de ne pouvoir répondre que par ce qu’il apporte de moins (trop de personnages, l’absence de leur insertion dans leur quotidien et dans le temps de la narration).
Un récit que j’ai lu vite pour pouvoir passer au plus tôt au suivant.

15 mai 2012
Anita Vanneuville

Je dirais même que le voyage fut long et ennuyeux. Je dois avouer que je n'ai pu aller jusqu'au bout.

14 mai 2012
Camille LUCIDI

Qu’est-ce qui ne marche pas ? Voici la question que je me suis posée tout au long de « La Femme Congelée » de Jon Michelet qui ne m’a pas séduite, sauf peut-être les cinquante dernières pages. La lecture se passe mais elle ne se vit pas, elle ne ressent pas. Aucun risque de nuit blanche à ne pas pouvoir dormir sans lire un dernier chapitre, un autre et encore un autre…

Je pense qu’il y a un problème d’aboutissement avec les personnages et l’histoire. Ça manque de couleurs et de saveurs, une bonne esquisse mais incomplète. L’aspect psychologique est bien souvent absent. Les personnages agissent mais souvent leurs actes semblent tellement débridés qu’un soupçon de logique personnelle ferait le plus grand bien pour ficeler le tout.

De plus, certaines incohérences dans le récit sont frustrantes. Y aurait-il un problème de traduction ou est-ce que les langues françaises et norvégiennes possèdent une syntaxe si différente qu’il faudrait l’adapter pour que le texte se marie mieux à ses lecteurs francophones ? Je ne sais pas et c’est bien dommage car l’intrigue en elle-même est plutôt intéressante même si elle rappelle en moins bien sa cousine Suédoise Millenium: les relations est-ouest, l'argent, le trafic, les gangs… beaucoup de points qui ont du mal à s’articuler les uns avec les autres. Beaucoup des éléments du récit se rapprochent de la biographie de Mr. Michelet et je suppose qu’ils doivent renfermer un sentiment de vérité que le texte n’a pas su délivrer.

10 mai 2012
Laetitia BAUDEL

J'ai eu du mal à terminer ce polar qui m'a paru incroyablement long et fade... Une impression que l'intrigue est décousue, sans queue ni tête et que le lecteur ne saura jamais le fin mot de l'histoire. Plutôt qu'un polar, j'ai eu le sentiment de lire un compte-rendu de différents témoignages sur un même sujet.
En un mot : décevant.

8 mai 2012
Laurent FARANDA

Grand amateur de la prose de Mankell et d'Indridason, j'ai mis le cap sur la Norvège avec enthousiasme. Mais le voyage vers le grand Nord, l'évasion scandinave n'ont pas été au rendez-vous... même pas l'impression de quitter mon fauteuil ! Pas vraiment passionné par l'intrigue, pas vraiment dépaysé par l'ambiance.
Pourtant le style est élégant, l'auteur apporte à son enquête un regard désabusé sur la société norvégienne, pourrie par le fric, le racisme et la drogue.
Mais il manque un petit je ne sais quoi, un déclic qui vous prend aux tripes et vous empêche de fermer avant la dernière page.
Bref, c'est pas désagréable, mais un peu terne...

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous