Eclipses japonaises de Eric Faye

7€ // 240 pages
Paru le 14/09/2017
EAN : 9782757868744

Eclipses japonaises

Eric Faye

Littérature

Partagez :

Sans laisser la moindre trace, elles ont été arrachées au Japon et à leur famille. Naoko a disparu à la sortie de son cours de badminton, Setsuko s’est volatilisée au bord d’une route. Elles sont devenues des fantômes. Pourtant, en Corée du Nord, une nouvelle vie a commencé pour elles. Une vie animée par une mission qu’elles n’ont pas choisie et le secret espoir de rentrer un jour au pays…

Né en 1963, Éric Faye est l'auteur de romans, récits de voyages, essais et nouvelles dont Nagasaki qui a reçu le Grand Prix du roman de l’Académie française. Il faut tenter de vivre et Le Mystère des trois frontières sont notamment disponibles en Points

« Un choix littéraire aussi audacieux qu'intelligent. »

Télérama

« Beau et brillant. »

Le Figaro littéraire

Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

22 mars 2018
Camille ROY

[Lu en tant que jury du meilleur roman 2018]

J'ai tout d'abord été intéressée par ce fait divers dont j'ignorais tout et qui m'a véritablement choquée.

Un pays vivant en totale autarcie (La Corée du Nord, hein si jamais vous aviez un doute), qui enlève des habitants de pays étrangers pour pouvoir former ces espions à se faire passer pour des ressortissants de ces mêmes pays. On dirait le scénario d'un film et pourtant, ces faits divers ont véritablement existé.

Hallucinant, non ?!

Donc, nous sommes d'accord le cadre de cette histoire laissait augurer une lecture intéressante... Et pourtant, je me suis ennuyée d'un bout à l'autre du livre.

J'ai trouvé les personnages peu attachants, même alors qu'ils étaient victimes (un comble !)... Mais leur personnalité est tellement absorbée par ce régime totalitaire, qu'ils devenaient des espèces de fantôme à qui il était compliqué, pour moi, de s'attacher.

Et, j'avoue avoir du mal à adhérer une histoire, quelle qu'elle soit, si je ne m'attache pas aux personnages... Je n'ai pas besoin de les aimer tous (tout de même je sais me tenir), mais un ou deux, c'est mon minimum vital !

Au final, au delà même de ces personnages qui ont suscité chez moi assez peu d'empathie, je pense surtout que c'est le rythme et le style de l'auteur qui ne me convenait pas. L'écriture était belle mais elle n'éveillait en moins aucune émotion. L'histoire piétinait et je trouvais que je tournais autant en rond que les personnages...

J'aurais du mal à vous développer davantage mon sentiment parce que je n'ai vraiment pas adhéré à cette lecture... J'avais surtout envie d'arriver au bout de ce livre pour passer à ma prochaine lecture !

Ça vous arrive aussi comme sentiment ? J'ai du mal à abandonner au livre parce que je veux lui laisser jusqu'au bout une chance de me surprendre... Mais même si l'action dans celui-ci s'accélère (un peu) dans les derniers chapitres, mon désintérêt était installé et je n'ai pas réussi à le dépasser.

27 février 2018
Julie Massal

[Lu dans le cadre du prix du meilleur roman 2018]

Ce roman nous entraîne dans le sillage de ces japonaises enlevées et emmenées en Corée du Nord, afin de devenir des "agents" formateurs. A partir de faits réels, nous sommes plongés dans un univers, l'espionnage, et un pays, la Corée du Nord, et mis face à des logiques implacables, qui emmènent les personnages du roman sur des chemins souvent inattendus. "Nul n'échappe a son destin"... semble donc nous rappeler l'auteur, E. Faye.
La trame narrative mêle les destins de différents "otages" et personnages, ce qui ajoute à l'intrigue, au suspense et au malaise ressenti parfois, devant ces univers aussi froids qu'incompréhensibles. La distance symbolique entre la C. Nord et le monde occidental en particulier est bien retranscrite dans les descriptions et l'atmosphere du roman.
Les personnages restent malgré tout méconnus, entraperçus à divers moments, épars, de leur vie, et l'on garde une sensation d'étrangeté constante face a ce monde de l'espionnage impénétrable et face à un pays méconnu, mais qui apparaît par petite touches, et semble beaucoup plus complexe, y compris dans l'esprit des personnages eux-mêmes, que l'image qu'en donne le discours médiatique.
J'ai apprécié l'intrigue et la trame narrative (malgré quelques petits moments où on a du mal à savoir qui est qui), la façon de jouer avec différents points de vue et "angles" d'approches.
Malgré tout, on reste parfois sur sa faim, avec le destin de certains personnages qui tombent dans l'oubli ou qu'on délaisse au cours de l'histoire.
Mais l'impression d'ensemble qui me reste est celle d'un roman poignant.

7 février 2018
Betty Gomez

Dans le roman d’Eric Faye, Eclipses japonaises, nous suivons les destins croisés d’une poignée de personnages, tous prisonniers en Corée du Nord. Une jeune et brillante coréenne est formée comme espionne et une adolescente japonaise est enlevée pour permettre à la future espionne d’assimiler la langue, les us et coutumes et tout ce qui fait l’habitus nippon, jusqu’aux berceuses et séries télévisées. Pour éviter d’être envoyé au Vietnam, un caporal américain déserte et se réfugie… en Corée du Nord, ignorant qu’il y rencontrera l’enfer, mais aussi celle qui deviendra sa femme, une Japonaise enlevée. Ce n’est que trente-six ans plus tard qu’il pourra enfin franchir cette frontière en sens inverse. Autant d’histoires vraies d’un épisode mal connu de l’histoire qu’Eric Faye nous donne à connaître. Si l’intrigue est plaisante et le livre documenté, il y manque pourtant le style qui distingue le simple récit d’une œuvre littéraire.

1 février 2018
Florence B.

« Les histoires comme celles-ci sont pareilles au Nil, elles n’ont pas un commencement. Elles en ont une myriade. Et toutes ces sources engendrent des rus qui se jettent, l’un après l’autre, dans le cours principal du récit -le grand fleuve ».

C’est ainsi qu’Eric Faye nous emmène dans les années soixante en Asie, au plus fort des tensions entre les deux Corées et le Japon. La grande histoire, celle des relations internationales exacerbées que connaissait cette zone du monde pendant la guerre froide, est aussi faite du tissage des destins de tant d’anonymes qui se sont vus dérober leur vie : dépossédés de leur libre arbitre, privés à tout jamais de leur famille. Ces « Eclipses japonaises », ce sont ces Japonais disparus, « évaporés », car enlevés sans qu’aucune trace ne permette jamais à leurs proches de comprendre ce qu’il s’est passé, ni de faire le deuil.

C’est le cas de Naoko, une jeune japonaise enlevée à l’âge de treize ans, propulsée dans l’univers glacial du totalitarisme nord-coréen et qui devra apprendre le coréen avant de se voir assigner la tâche d’enseigner un japonais parfait, verbal et non-verbal, jusqu’aux comptines enfantines, à des futurs espions de Corée du Nord.

Naoko croisera une autre japonaise, Setsuko, de quelques années plus âgée, enlevée en même temps que sa mère dont elle est sans nouvelles, à qui elle devra également enseigner le coréen. Et puis, il y a ce soldat américain, le caporal Selkirk, qui surveille la ligne d’armistice depuis un poste d’observation Sud-coréen, et dont l’angoisse grandit face aux rumeurs concernant l’envoi probable de sa compagnie au Vietnam.

Enfin, parce que les victimes sont aussi à l’intérieur, Sae-Jin, « Perle de l’univers », jeune nord-coréenne, étudiante brillante parlant un excellent japonais, est enrôlée pour servir son pays, en devenant agent secret et, au gré des missions qui lui seront imposées, rien moins que terroriste.

Les faits sont romancés mais historiques. Derrière une couverture et un titre énigmatique, Eric Faye nous propose une enquête sur les traces de ces oubliés de l’histoire dont on commence à parler depuis quelques années. Mais il s’agit bien d’un roman, qui allie à une belle écriture toute en retenue, l’expression d’une empathie envers ses personnages. L’auteur ne se contente pas de révéler les faits, il explore les sentiments qu’éprouvent ces « eclipsés » tout au long de leur vie, les difficultés qu’ils ont eu à s’habituer à la vie qui leur a été imposée, mais aussi celles qu’ils éprouveront, pour certains, à retrouver ou découvrir un jour leurs origines.

Une lecture passionnante qui donne envie d’en savoir plus sur cette période de l’histoire et cette partie du monde, mais aussi un roman émouvant, à ne pas manquer !

31 janvier 2018
Lilylit

Sortant de mes sentiers battus, je me suis laissée captiver par le récit savamment orchestré par Éric Faye, romancier du voyage, qui nous entraîne tour à tour sur les traces de chacun des disparus, du Japon à la Corée du Nord, en s’octroyant des détours par la France ou les États-Unis pour mieux ajuster les pièces du puzzle qui se dessine page après page : celui d’une organisation plus ou moins rigoureuse consistant à prélever partout dans le monde des étrangers que la Corée du Nord juge utile à son pays, le plus souvent pour former ses agents secrets. Ainsi de Naoko et Setsuko, qui se croisent dans un logement tenu par une surveillante qui leur impose au quotidien un bourrage de crâne idéologique avant qu’elles n’aillent rejoindre le poste pour lequel elles ont été arrachées à leur Japon natal.

Malgré ce que la situation comporte d’horrible pour les victimes de ces enlèvements, mais aussi pour leurs proches dont on observe le combat pour connaître la vérité, le roman ne se complaît pas dans le misérabilisme et c’est ce que j’ai apprécié. La construction qui permet de croiser les parcours des personnages apporte une forme de suspense à ce récit très prenant. De plus, les kidnappés ne sont pas forcément entièrement malheureux, ainsi de Setsuko qui va jusqu’à fonder une familler en Corée du Nord, avec un homme relativement protégé par sa nationalité et qui aura le privilège de travailler et gagner sa vie pour nourrir à peu près correctement sa famille en dépit des privations.

25 janvier 2018
Virginie D. Vertigo

Éric Faye aborde un sujet réel, celui des « évaporés » du Japon. De la fin des années 60 au début des années 80, de nombreux japonais ont été kidnappés par le gouvernement nord-coréen afin de servir à la propagande et à la formation des espions. D’une écriture fine et des mots bien posés, l’auteur nous permet de saisir le ressenti des personnages : la peur, l’incompréhension, l’espoir de revenir. Mais surtout, le roman permet plus facilement de mettre en avant les sentiments contradictoires des personnages : quand on a tout perdu puis tout reconstruit, est-on prêt à tout abandonner pour gagner sa liberté et retrouver les siens ? Une belle découverte.

24 janvier 2018
Dominique Sudre

Au Japon, des femmes, des hommes, jeunes pour la plupart, disparaissent dans une région en bord de mer. Malgré des enquêtes de la police, nulle trace ne peut être trouvée. Mais alors, quel liens entre Naoko Tabane, une collégienne de treize ans qui disparait en 1977, Setsuko Okada, qui disparait avec sa mère en 1978 sur l’île de Sado, et avec Jim Selkirk, un GI américain qui disparait à côté de la DMZ entre les deux Corées.
Pour chacun d’entre eux, la vie change brusquement lorsqu’ils sont brutalement enlevés, jetés dans un sac, puis sur un bateau,. Ils se retrouvent dans un pays inconnu dont ils devront accepter les règles, apprendre la langue, puis former de jeunes coréens à leur langue, leurs coutumes, afin d’en faire de parfaits japonais, ou américains, futur espions qui iront se fondre dans une population qui nous pourra pas soupçonner leur origine.
L’écriture superbe d’Éric Faye, à la fois fine et parfaitement dosée, avec une grande justesse dans les descriptions des sentiments divers de ces jeunes, nous emporte dans leurs têtes, nous fait comprendre les souffrances, les atermoiements, les doutes, et aussi les espoirs, tout au long de ces longues années loin de chez eux ou chez elles. « Eclipses japonaises » est un roman étonnant, prenant, qui fait passer sous une forme romanesque une vérité et des faits historiques à la fois déconcertants et glaçants d’inhumanité. Car l’auteur dévoile une réalité politique et économique complexe et sombre, particulièrement bien documentée.
https://domiclire.wordpress.com/2017/12/29/eclipses-japonaises-eric-faye/

21 janvier 2018
Christine Gazo

Des Japonais qui disparaissent du jour au lendemain sans laisser de trace, un militaire américain déserteur, des Agents secrets coréens qui suivent une formation intensive et exigeante...
Autant de vies au destin radicalement transformé, en rupture parfois totale avec leur passé....
Quel lien ont-elles ?
Dans ce roman découvert pour le Prix du Meilleur Roman 2018, le contexte géographique et politique, les thèmes abordés n'avaient rien de très "vendeurs" pour moi... Pourtant, j'ai trouvé ce récit passionnant et prenant. La construction est très intéressante, une polyphonie riche et bien amenée. J'ai découvert une réalité qui m'était totalement inconnue, et qui résonne finalement avec l'actualité.
Une excellente découverte !

17 janvier 2018
Laurence

PMR 2018
Dans ce roman, Éric Faye s’appuie sur une réalité historique pour écrire une fiction: les disparitions étranges, dans les Année 60-70 de jeunes gens sur les cotes japonaises. Ces enlèvements étaient organisés par le régime coréens, et les japonais enlevés avaient pour mission d’apprendre leur langue, rites , coutumes, codes vestimentaires... à des espions coréens.
Des le début du livre j’ai été happée par cette histoire et je dois reconnaître que le choc fut assez violent pour moi, pauvre lectrice non avertie. J’ose a peine croire qu’une telle chose soit possible. Arracher des gens à leur vie et leur famille, dans un seul but idéologique et politique.
Je connais mal , voir peu l’histoire de la Corée, et je n’ai pas compris tout de suite les raisons de ces enlèvements.
Je me suis un peu documentée, puis au fil de ma lecture, l’épisode du vol 858 de la Korean Air explosant en plein vol, ma éclairé sur l’implication terroriste coréenne.
L’auteur a sûrement dû ingurgiter des tonnes de documents et de témoignages pour écrire ce livre, mais il ne le présente pourtant pas comme un documentaire . C’est un roman, t’es bien écrit, sous fond d’enquête journalistique.
La tension et le désarrimes des protagonistes sont palpables au fil des pages.
Malgré quelques longueur au sujet ennuyeux pour moi (politique, espionnage, armée..) j’ai tout de même été marqué par ce roman, et par l’histoire de ces pauvres familles au destin tragique. Et il m’arrive encore d’y penser, surtout que la Corée faisant parti de l’actualité de ces dernières semaines, j’ai lu quelque au détour d’un article , qu’en 2012, elle aurait reconnu les faits d’enlèvements pour 13 citoyens japonais. Le chiffre est certainement très loin de la réalité, mais quelque soit le chiffre réel, cela me fait froid dans le dos.
❤️❤️❤️

13 janvier 2018
Sophie Gauthier

Naoko, Setsuko, Shigeru et Jim. Des prénoms derrière lesquels existent des personnes, aimées par leur famille, appréciées par leurs amis, avec des projets d'avenir, des passions, des agacements, des dégoûts, des rires et des larmes. Et puis un jour comme les autres, un jour qu'absolument rien ne distingue des autres jours, Naoko, Setsuko, Shigeru et Jim s'effacent totalement. Disparus sans laisser de trace. Gommés de leur existence pour réapparaître dans une autre qui leur est imposée en Corée du Nord. Pendant des décennies ils demeurent transplantés dans une vie qui n'est pas celle que leur naissance laissait présager. Leurs souvenirs sont à la fois toxiques et réconfortants dans cette trajectoire forcée. Otages d'une déraison d'état, ils doivent ramasser tout ce qui constitue leur culture d'origine pour la déverser dans l'esprit de futurs espions infiltrés. Une double torture en quelque sorte.

J'ai lu le roman d'Eric Faye comme on lit un thriller, sans reprendre souffle. La très habile et audacieuse construction a suscité un effroi glacé, une désespérance d'autant plus saisissante que les faits sont inspirés d'une réalité probablement encore plus monstrueuse que celle qui nous est racontée ici. Des repères brouillés du début jusqu'au déchirement de l'espoir toujours déçu, en passant par les enquêtes en impasses, l'écriture nous porte au coeur des situations et nous amène à en ressentir toute l'absurdité et toute la cruauté. En refusant tout procédé mélodramatique, elle donne au récit la dimension d'un document sans en avoir la froideur ou l'impassibilité. "Eclipses japonaises" possède à la fois l'intégrité d'un témoignage et une force romanesque remarquable.

Ces "Eclipses japonaises" n'ont pas fini de me hanter !

12 janvier 2018
Béa Pome

Ces derniers matins, quand la Corée du Nord a fait la une des journaux radiophoniques, Eclipses japonaises est réapparu dans mes pensées. Partant d'un fait réel -la volatilisation de Japonais à la fin des années 70, enlevés par des Coréens désireux d'infiltrer le pays du soleil levant- Eric Faye entrelace les destins de l’Américain Selkirk, des Japonais Naoko Tanabe, Setsuko Okada, Shigeru Hayashi en un roman choral. Se tisse alors une toile entre désespoir et résilience.
Même si j'ai trouvé que le roman s'essoufflait sur la fin, je garderai dans ma galerie Naoko qui contrainte et forcée de donner des cours à des Japonais, a la "sensation de se vider de sa langue maternelle comme de son enfance". Parfois l'envie de se rebeller l'effleure : "larder ses cours d'erreur, inculquer une incongruité, comme une bombe à retardement qui, un jour, ferait voler en éclats la vie de ces types. Elle se l'interdisait pourtant, en vertu de l'espoir inextinguible d'être renvoyée chez elle. Rendue à l'enfance."

11 janvier 2018
Emmanuelle BARBERA

Un roman historique et politique qui entraîne ses lecteurs aux confins de la Corée du Nord, personnage principal du roman au final, qui s'entend dans chaque personnage. Enlèvements, isolements, perte d'identité, espionnage,clandestinité, le roman de Faye s'inspire de faits réels et nous fait découvrir une Histoire dissimulée mais très intéressante. Pour les amoureux des romans historiques où la réalité dépasse toujours la fiction !

11 janvier 2018
Claudia charrier

Pour le roman ECLIPSES JAPONAISES, je l'avais déjà lu lors de sa sortie par le biais d'un autre jury dont je participais en 2016.
C'est un livre que j'ai énormément aimé. Le sujet m'était complètement inconnu, et c'est aussi ce qui m'a plu et intéressé dans cette lecture. Très bien construit, documenté et sans longueur, un ouvrage qui tient en haleine son lecteur. J'en garde un excellent souvenir.
Un roman que j'ai d'ailleurs prêté ensuite à mon entourage.
Editions Points - #PMR2018

8 janvier 2018
Adèle R

Éclipses japonaises, d’Eric Faye, dévoile au lecteur les destins de personnages basés sur des faits réels. Pendant les années 60 et 70, une série de disparitions plus étranges les unes que les autres, sans lien apparent entre elles, frappent le Japon.
Les victimes de ces enlèvements se réveillent en Corée du Nord, où elles ne sont pas questionnées ni torturées, pas plus qu’on ne les réduit en esclavage ni les force au mariage. On leur demande de s’intégrer, d’apprendre le coréen, on leur donne à tous un emploi : acteur dans des films de propagande, cuisinière, formatrice en langue et culture japonaises… Ces personnes ont été enlevées dans un but précis.
Comment (sur)vivre lorsqu’on a été subitement déraciné et que rien ne fait sens ? Qu’est-ce qui nous retient alors à la vie ?
J’ai trouvé Éclipses japonaises terrifiant car brutalement réaliste. Le récit débute avec des faits journalistiques et se poursuit à travers les témoignages des différents protagonistes. Agréable à lire, le roman est également très intéressant.

22 décembre 2017
Hélène TREGARO (jurée du prix)

Lire "Eclipses japonaises" c'est se plonger dans un roman captivant aux allures de film. Eric FAYE explore ici un phénomène complexe et hallucinant.
Mais son honnêteté intellectuelle et son talent dans l'écriture, jusqu'au choix du titre, sont à la hauteur.
J'ai beaucoup apprécié son approche globale du sujet et son traitement réaliste des personnages.
Ce roman apporte des clés pour mieux comprendre et analyser le monde. C'est aussi un bel et émouvant hommage au Japon. A lire absolument.

21 décembre 2017
RANC Séverine

J’ai commencé ce livre sans avoir lu la 4eme de couverture et il m’a fallu quelques pages avant de comprendre que ce que je lisais et qui était inimaginable était en fait la version romancée d’un fait historique qui m’était totalement inconnu.
L'histoire de ces japonais enlevés par la Corée du Nord pendant des années pour former à la culture nippone leurs agents secrets est totalement incroyable et semble tout droit sortie de l'imagination d'un écrivain ou d'un scénariste. Or cela a bien eu lieu.
C’est en partant de ce sujet, qu’Eric Faye a écrit ce roman captivant qui mélange l’histoire, le romanesque et l’enquête policière.
Un livre qui se dévore et duquel on ressort moins bête. Un très bon moment de lecture.

20 décembre 2017
Mumu dans le Bocage

LIVRE LU DANS LE CADRE DU PRIX MEILLEUR ROMAN POINTS 2018

Epigraphe : Toi qui entres ici, abandonne toute espérance

Dante

Avec ce récit c'est une plongée dans le monde obscur mais réel de la Corée du Nord et dans des épisodes que j'ignorais totalement. L'enlèvement de japonais à la fin des années 1970.... des dizaines (peut être des centaines et certains vivraient encore en Corée du Nord).

Ajoutez à cela une pincée de désertion d'un soldat américain en 1966 dans la zone démilitarisée entre les deux Corées, une espionne nord-coréenne recrutée pour faire exploser un avion avec ses 122 passagers. Bienvenue dans un monde parallèle, sombre : espions, attentats, enlèvements, culte de la personnalité, pays tenu à l'écart du monde, dont la population est affamée et tente de survivre au milieu des regards et dénonciations.

Voilà vous avez l'ambiance et tous les ingrédients en rajoutant le désespoir des familles des disparus du jour au lendemain, jeune (13 ans) adulte, sans explication et sans réelle enquête des autorités.

Il s'y jouait une pièce de théâtre interprétée par vingt millions de figurants, une tragédie au terme de laquelle celui qui se trompait de réplique était supprimé dans les coulisses (p132)

La Corée du Nord, un pays dont on ne sait que peu de choses, sauf actuellement  les menaces de son dirigeant : Kim Jong-Un, fils de son père et dictateur comme lui. Donc un livre d'actualité.

Un pays tenu d'une main de fer, sans espoir d'ouverture et qui pour servir sa paranoïa n'hésite pas à kidnapper les éléments nécessaires à sa stratégie et plus particulièrement l'infiltration. Maîtriser parfaitement la langue, les us et coutumes, se fondre dans la masse.

A la fois roman basé sur des faits véridiques, enquête policière mêlée d'histoire, d'espionnage et de terrorisme, mais aussi le vécu de ces hommes et femmes qui se sont trouvés mêlés, le plus souvent contre leur gré, à des conflits politiques et que l'on a oubliés ou laissés à leur sort. 

Retraçant plus de 30 ans de leurs parcours, leurs résignations, leurs nouvelles identités, leurs vies construites dans un pays qu'ils n'ont pas choisi, est passionnant car il nous raconte non seulement des évènements passés sous silence mais aussi inconnus (pour ma part) mais aussi l'enquête minutieuse pour retrouver certains.

On découvre le travail des services de renseignements avec les services d'écoute, d'analyse qui recoupent les informations. 

La seule petite difficulté que j'ai eu c'est de m'y retrouver dans les différentes identités (je maîtrise mal les noms et prénoms asiatiques surtout quand en plus ils changent en fonction du pays).

Mais reste aussi à parler du malaise créé par ses enlèvements en dehors du fait de l'éloignement des familles,  de la perte d'identité, de l'isolement dans un pays même si les protagonistes, le temps passant (plus de 30 ans je vous le rappelle) ont une nouvelle vie, une nouvelle langue, un nouvel univers loin de la richesse de leur pays de naissance, une nouvelle patrie. Sont-ils japonais, coréens..... Qu'est-ce qui prévaut : la naissance ou la vie passée dans un pays..... Oh mais cela soulèvent bien d'autres questions d'actualité !!!

Récit dans lequel on sent le gros travail de documentation, de connaissance de la région, plausible et passionnant à lire car au-delà d'un roman politico-espionnite on découvre des informations sur la vie en Corée du Nord, pays fermé et replié sur lui-même, leur système de fonctionnement, d'endoctrinement, d'information, de désinformation, de manipulations.

Travail de recherches mais aussi d'écriture pour rendre l'ensemble intéressant, haletant, crédible avec une partie romancée (un peu chorale) qui nous permet d'imaginer le vécu des différents acteurs.

Plaisir de lire en apprenant une page d'histoire et de géo-politique, moi j'aime.

Ma note : ♥♥♥♥

19 décembre 2017
Elisabeth

"Éclipses japonaises" de Éric Faye
Éditions Points - #PMR2018 - Parution Septembre 2017.

Quand on prend ce livre, on ne sait pas trop à quoi s'attendre. On découvre qu'il traite de faits réels, d'histoires qui se sont réellement passées entre le Japon et la Corée. Des personnes se font kidnapper les unes après les autres, sans motif ou point commun apparent pour ensuite être livrées en Corée pour devenir des espions ou des enseignants. Et puis leur vie s'installe dans ce pays qu'ils ne connaissent pas, dans cette langue qu'ils ne maîtrisent pas forcément, dans ces nouvelles activités qui leur sont attribuées ou imposées, ils y vivent et y rencontrent leurs moitiés, ils fondent leurs familles.
Mais toutes ces personnes qui ont été enlevées, arrachées à leurs proches d'origine, finissent un jour par être recherchées. C'est alors qu'au gré des familles, les recherches sont lancées, les incohérences font surface et ressortent tous ces mensonges pendant toutes ces années d'attente, d'inquiétude et d'espoir.
Ce livre est surprenant et déconcertant. On a du mal à réaliser que ces faits se sont réellement produits, que ces personnes ont vécu des choses aussi fortes, intenses, démesurées, incompréhensibles pour elles-mêmes. Être catapulté dans une autre vie, dans un autre pays, dans une autre atmosphère, dans un autre environnement qu'on ne connaît pas dans lequel on nous impose des règles que l'on n'a pas d'autre choix que de les suivre.
Lever le voile sur ce qui est méconnu du grand public, une progression de l'histoire interessante, l'ambiance et l'environnement sont bien installés, sujet fouillé et bien présenté.

https://littelecture.wordpress.com/2017/12/19/eclipses-japonaises-de-eric-faye/

19 décembre 2017
Hélène

Ce roman a le mérite de livrer des faits réels méconnus, mais, pour moi, il reste bancal dans sa construction et sa narration. Je n'ai pas pu m'attacher aux personnages.

19 décembre 2017
Marion

Très intriguée par l'histoire, j'ai néanmoins difficilement accroché au style d'écriture. Le contexte reste tout de même inhabituel, le récit est attrayant et j'ai beaucoup appris sur cette réalité cachée.

18 décembre 2017
Sonia B.

Un livre magnifique sur une période peu connue (voire méconnue en ce qui me concernait!) de l'histoire de la Corée du Nord. Dans les années 60, nous suivons les destins croisés de plusieurs personnes, souvent très jeunes, enlevées au Japon sans laisser de traces pour être amenées en Corée du Nord. Là-bas, une mission va leur être confiée: transformer des citoyens coréens en parfaits japonais pour des raisons que l'on découvre au fur et à mesure de l'histoire. C'est un livre très fort, poignant et percutant dont on ressort un peu sonné. Un grand coup de cœur!

17 décembre 2017
Amélie N.

Ne vous fiez pas au style factuel et quasi journalistique des premières pages, Éclipses japonaises est un captivant roman choral dont la diversité de tons et de personnages est l'une des principales forces. C'est donc par la petite histoire de ces destins singuliers substitués au cours naturel de leur vie que nous entrons dans la grande Histoire de la Corée du Nord et des moyens employés pour maintenir à flot son régime despotique et répressif. Au fil de ces tranches de vie, étendues sur plusieurs dizaines d'années, nous oscillons tour à tour entre espoir, résignation et acceptation avec un sentiment d'infini gâchis pour ces hommes et ces femmes à qui l'on a volé leur vie et qui ont, malgré tout, tenté de s'en construire une autre jusqu'à ne plus savoir où est vraiment leur place.
Comme un dernier défi aux limites de l'espoir, lorsque le roman s'achève, nous pensons forcément à Naoko, figure fantomatique évaporée du récit tout comme elle l'a été de son Japon natal. Nous ne pouvons que la souhaiter en paix sans pourtant oser y croire.

 

À la une sur le cercle Points

Prix du Meilleur Roman

Sélection 2018

Sélection du Prix du Meilleur Roman des lecteurs de Points

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous