Le Dernier Lapon de Olivier Truc

8,4€ // 576 pages
Paru le 12/09/2013
EAN : 9782757836064

Le Dernier Lapon

Olivier Truc

Policiers, thrillers & romans noirs

Partagez :

Depuis quarante jours, la Laponie est plongée dans la nuit. Dans l’obscurité, les éleveurs de rennes ont perdu un des leurs. Mattis a été tué, ses oreilles tranchées ? le marquage traditionnel des bêtes de la région. Non loin de là, un tambour de chaman a été dérobé. Seul Mattis connaissait son histoire. Les Lapons se déchirent : malédiction ancestrale ou meurtrier dans la communauté ?


Journaliste depuis 1986, Olivier Truc vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point, après avoir travaillé à Libération. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste pour la télévision.



« Ambiance polaire, traditions religieuses et querelles d’éleveurs, le Français Olivier Truc réussit un étonnant thriller qui n’a rien d’une promenade exotique. »

Télérama

Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

5 juin 2014
Granjean Bernard

J’ai terminé la lecture du roman d’Olivier Truc « Le dernier Lapon » il y a plus d’un mois et je suis toujours habité par ce polar. C’est d’abord du domaine sensuel, la moindre baisse de température ou quelques flocons de neige et je repars à Kautokeino, j’entends le silence, le crissement des skis d’Aslak, le ronronnement monotone des scooters lancés à pleine vitesse, le souffle glacé du vent. Un univers impitoyable où l’homme se concentre sur l’essentiel : survivre. C’est bien de survivre qu’il s’agit pour tous les personnages de ce roman. Trouver sa nourriture, se chauffer, se vêtir bien-sûr mais survivre au souvenir d’une faiblesse passée qui le hante pour Klemet, survivre à l’horreur pour Aslak et sa femme, survivre en milieu masculin hostile pour Nina, survivre aux haines, au racisme, à la cupidité du monde moderne pour la civilisation Laponne. La mort de Matis c’est la mort annoncée d’un peuple. Partir à la recherche du meurtrier c’est découvrir le Mal suprême, celui qui menace les hommes de déshumanisation.
Un roman qu’on quitte difficilement : que deviendront Klemet, Nina, Berit ? Et qui ne nous quitte pas.
Il est des auteurs de polar qui nous divertissent, nous amusent, éventuellement nous surprennent. Ils sont plus rares ceux qui nous touchent au plus profond. Olivier Truc est de ceux là, il n’invente pas il transmet. (janvier 2014)

9 novembre 2013
Delphine

Excellent polar ! tout y est : les personnages complexes et attachants, l'ambiance : le noir, celui de la nuit polaire et le froid, celui des rudes paysages arctiques, celui des habitants.
On pénètre et on progrsse dans l'intrigue comme on avancerait par une belle et froide nuit polaire qui n'en finirait pas de nous surprendre !! à lire indéniablement !

22 octobre 2013
Aya Kasasa

Installez-vous bien confortablement et laissez vous emporter. D'abord, la découverte. Celle d'un peuple dont on ne parle pas beaucoup, d'un mode de vie si étranger au nôtre, d'une culture particulière, riche et dépendante d'un climat difficile. Celle de l'Histoire locale, ensuite, éclairée par les décisions religieuses et géopolitiques ayant été imposées aux habitants depuis des siècles. Ensuite, la description des relations humaines, dans le travail, entre générations, entre communautés que tout semble séparer mais qui partagent le même territoire. Et puis la poésie, que l'on savoure au rythme même des apparitions du soleil, qui éclaire petit à petit la quête de vérité, tout en jetant la lumière, quelques minutes de plus chaque jour, sur l'essence et l'âme des habitants. J'aurais peut-être souhaité une fin plus..ou moins... En fait, vivement la suite, voilà! Pour les aurores boréales, il faudra un peu d'organisation, mais pour tout ce qu'un roman peut apprendre, je vous invite à enfourcher un motoneige virtuel pour découvrir Olivier Truc, sans plus attendre.

20 octobre 2013
Caroline Guingot

Que recherchons-nous dans un polar ? Voilà une question qu’il est temps de se poser.
Pour ma part un bon roman noir se caractérise par une énigme originale, du suspense quasi insoutenable, une ambiance tendue et sombre, des personnages mystérieux et un dénouement inattendu.
Qu’avons-nous dans Le dernier lapon ? Des légendes et rites ancestraux, de la vengeance, le pouvoir de l’argent, la corruption de l’homme moderne, les problèmes de préservation de l’environnement, une chasse au trésor, une ambiance qui rappelle le froid polaire et emprunte de la nuit scandinave. Des personnages ô combien troublant, tel Aslak, l’homme qui fait corps avec la nature et qui s’avère garder un lourd secret. Klemet et Nina, deux policiers qui forment un duo très sympathique et attachant. Racagnal qui représente le mal dans toute sa splendeur, violeur, voleur, avide et pervers. L’histoire est originale, il s’agit du vol d’un tambour lapon et du meurtre d’un éleveur de rennes. Et pour ne rien gâcher, le final n’est pas sans rappeler le film Légendes d’automne.
Alors oui tous les ingrédients d’un bon polar s’y retrouvent, Le dernier lapon est sans conteste un excellent roman à lire l’hiver au coin du feu et à ne refermer qu’à la toute dernière page.
Très bonne lecture à tous.

14 octobre 2013
Stéphane Guinot

Grâce à ce polar, Olivier Truc nous fait découvrir la Laponie, ses paysages, ses coutumes, son histoire, ses aurores boréales, son climat, ses habitant, ses clivages... L'auteur nous propose ici une véritable invitation au voyage. Les descriptions sont tellement fines qu'on s'y croirait ! En plus de cela, tous les éléments sont réunis pour faire de ce livre un excellent polar... dépaysant !

9 octobre 2013
Matthieu DUBOIS

Brrr!!! Qu'il fait froid dans ce roman!! Normal, me direz-vous, çà se passe en Laponie!!
Le dernier Lapon est certes un roman policier, bien troussé au demeurant, mais c'est avant tout un reportage sur la Laponie. On y découvre la vie quotidienne de ces éleveurs de rennes qui vivent selon les chutes de neige et le blizzard qui vous réfrigère les os. Le roman est aussi une étude des moeurs scandinaves. En effet, les Lapons, premiers vrais Scandinaves, sont rejetés par les Norvégiens. Leur culture est bafouée, leur religion écrasée par la toute puissante église luthérienne, leur identité effacée comme la Laponie a été effacée par la création de trois pays: Suède, Norvège, Finlande, et le modèle idéologique de tolérance norvégien est foulé aux pieds par des relents de racisme, voire de néo-nazisme. Voilà pour le contexte, assez sombre, du roman. Contexte très bien retranscrit qui m'a donné envie d'aller plus loin dans ce roman.
S'agissant de l'histoire en elle même, Olivier Truc prend son temps pour installer ces personnages dans ce pays blanc et à la fois noir comme la nuit polaire, qui nous suit à travers tout l'ouvrage. Peut-être aurait-il dù aller un peu plus à l'essentiel, mais je ne m'en plains pas. J'ai trouvé un thème central dans ce roman: le thème du secret. La mort de Mattis Laaba, l'éleveur de rennes, n'est finalement que la résultante d'un secret gardé pendant des centaines d'années!! L'officier de police Klemet Nango, cache, lui aussi, un secret. Et d'autres personnages également, plus ou moins inavouables. Ce nombre important de non-dit apporte un plus indéniable à une histoire somme toute assez classique.
Et puis, comme disait Mademoiselle BALLAUX, il y a la fin!! OUHLA!! Toutes les confessions se déversent avec violence, comme cette tempête de neige qui se déchaine sur la toundra et qui fait disparaître tous les repères géographiques.
En bref, un bon roman policier, peut-être pas inoubliable, mais il s'agit pour moi d'un excellent exercice de style.

30 septembre 2013
Anne-Marie BALLAUX

Le dernier Lapon de Victor Truc : une excellente histoire, avec ce qu’il faut de mystère, de rebondissements et d’exotisme du grand Nord. Une histoire avec une brochette de personnages variés et intéressants, bien campée dans son contexte économique, social, politique. Techniquement, un très bon polar donc. Cependant, moi qui en mon jeune âge ai randonné pendant 3 mois dans cette partie de la Laponie et en garde encore un souvenir ému, je n’ai pas été touchée par ce livre. Je crois que j’oublierai vite les bons moments passés à le lire : les personnages restent esquissés à la surface d’eux-mêmes et il me manque comme un supplément de profondeur, d’âme … sauf dans les dernières pages ! bonne lecture !

28 septembre 2013
Danièle Bouin

La police des rennes , vous connaissez ? En lisant le dernier Lapon, on apprend beaucoup de choses sur l’élevage des rennes, les rivalités entre éleveurs, mais surtout la culture laponne en voie de disparition , les efforts des uns pour la faire mourir et des autres pour tenter de la sauver. Tout ça sur toile de fond de grands froids, d’hiver arctique, d’aurores boréales, de nuit quasi permanente. Ajoutons les rivalités entre policiers, le racisme latent, la violence sous-jacente , l’alcool, les violences sexuelles sur mineures… C’est un roman intéressant, qui se lit bien même si l’intrigue met un peu de temps à démarrer et le suspense à s’installer. La fin est un peu prévisible mais on passe un bon moment de lecture.

27 septembre 2013
josette castets delmas

C'est l'hiver en Laponie, entre frontières de la Russie, de la Norvège là où les frontières sont écrasées par la neige. Hiver sombre -la lumière n'apparaît que très peu de temps- hiver d'ombres. Hiver glacial.
C'est un très beau roman policier empreint de poésie, du silence des grands espaces.
Une histoire de joïk, de vidda, de gumpi, de sami, de lemming... ces mots vous accrochent transportés par une écriture puissante, envoûtante qui anime le silence oppressant d'une atmosphère noire et blanche.
Des personnages atypiques forcent le respect. Des regards sombres, profonds hypnotisent le lecteur qui se laisse entraîner dans deux histoires : le vol du tambour chaman dans un musée et la découverte d'un corps atrocement mutilé d'un éleveur de rennes.
Ce roman déroule un vrai polar bien nreoir sur un fond blanc (la neige, la glace) ; le lecteur y avance tel le pion qui va d'une case à l'autre en réfléchissant avant d'avancer.

Roman très prenant ; l'écriture fixe la lecture et facilite la compréhension des symboles culturels.

A lire absolument.

25 septembre 2013
Oihana Olazcuaga

Avec Le Dernier lapon, Olivier Truc propose un roman policier de facture classique, mais au contenu très original. On est très vite embarqués dans cette enquête prenante, avec pour toile de fond un peuple tiraillé entre tradition et modernité, nomadisme et sédentarisation, peu favorisé par la géopolitique et globalement oublié. Au rythme des apparitions du soleil, on traque les indices, on remonte les pistes enneigées. Amateurs de batailles rangées survoltées, passez votre chemin : on l'a dit, Le Dernier lapon est un roman des grands espaces, qui prend donc son temps. Il n'en est pas moins palpitant, car l'auteur parvient à maintenir le suspens jusqu'au bout. Le Dernier lapon est un roman policier d'ambiance, et quelle ambiance ! Maîtrisée, tour à tour excitante, angoissante, elle donne tout son sel au récit. On plonge dans l'enquête, on se passionne pour le passé de la région, on s'interroge sur la barbarie du crime, on se demande ce qu'il ressortira de tout ça. C'est excellent, bien écrit, palpitant : voilà un roman policier comme on aimerait en lire plus souvent ! Gros coup de cœur, et un auteur à suivre !

13 septembre 2013
Sophie Gauthier

Formidable ! J'ai adoré "Le dernier Lapon" d'Olivier Truc ! Un dépaysement total, des personnages attachants et qui gardent une part de mystère, une intrigue ancrée dans l'histoire de la société sami entre passé et actualité. C'est absolument envoûtant ! L'atmosphère est si habilement évoquée que j'ai eu l'impression de vivre en Laponie durant quelques semaines. Vraiment un très grand polar ! Vite la suite !!!

 

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous