Dark Horse de Craig Johnson

7,95€ // 384 pages
Paru le 21/05/2015
EAN : 9782757853276

Dark Horse

Craig Johnson

Policiers, thrillers & romans noirs

Partagez :

Comment Mary Barsad, si douce, a-t-elle pu abattre son mari de sang-froid ? Elle a tout avoué. Et les mobiles ne manquent pas : infidèle, magouilleur, il aurait peu avant sa mort enfermé les chevaux de course auxquels elle tenait tant dans sa grange, avant d’y mettre le feu. Mais le shérif Walt Longmire se méfie des évidences. À Absalom, Wyoming, il décide de mener sa propre enquête…




Craig Johnson est né en 1961 et a exercé des métiers aussi divers que policier, professeur d’université, cow-boy, charpentier et pêcheur professionnel avant de s’installer définitivement dans l’Ouest, sur les contreforts des Bighorn Mountains, dans le Wyoming. La série Walt Longmire fait l’objet d’une adaptation télévisée depuis 2012.




« Craig Johnson possède l’art et la manière d’écrire un polar en se jouant de tous les clichés, de tous les codes. »

France Inter



Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Aslanides

Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

26 octobre 2015
Christine A.

Ce que j'ai apprécié, c'est d'avoir un schéma qui est peut-être déjà vu, mais qui n'est pas classique pour autant : on a déjà un coupable. Toutes les preuves accusent Mary Brassard, de plus elle a avoué. Pourtant il y anguille sous roche, et Walt Longmire va enquêter pour comprendre ce qui coince, pour lui Mary Brassard n'a pas pu commettre ce meurtre. Voilà comment j'ai été embarquée au milieu des cowboys, Cheyennes et chevaux. Le shérif Walt Longmire va devoir démêlé le vrai du faux avec son chapeau et ses bottes en cuir.

Un milieu très intéressant, et une enquête qui suit son cours avec son lot de suspens. Ce que je trouve dommage, c'est que je n'ai pas toujours compris les fragments du passé de Walt Longmire, puisque je n'ai pas lu les livres précédents. Cela ne m'a pas empêché de comprendre que cette enquête est en quelque sorte un retour aux sources pour le personnage, car elle ramène Walt Longmire dans le lieu où il a passé son enfance. Cela ne pas empêche non plus de comprendre le roman dans son ensemble et de l'apprécié.

J'ai découvert avec ce roman un polar sympathique, bien mené, et avec un personnage attachant. Encore une fois les éditions Point ne permette de découvrir une série que j'ai envie de continuer.

17 octobre 2015
Dominique Sudre

Un meurtre sans mystère, Mary Barsad, retrouvée prostrée une arme à la main, a tout avoué : L’écurie en cendre, la maison sinistrée, le crâne du mari criblé de balles.
Alors pourquoi faut-il que le Shérif Walt Longmire, chez qui Mary est placée en résidence, soit aussi septique ? Sans doute parce qu’il a une longue habitude des humains, des signes, indiens ou pas, et qu’il est capable de se fier à son intuition. Alors voilà le lecteur plongé dans cette ambiance de western moderne, qui entrouvre la porte du bar que l’on imagine un peu branlante- d’ailleurs il manque quelque lettre à l’enseigne du « AR »- confronté à l’émigrée en situation irrégulière et à son fils mi cheyenne et tellement malin, à Henri dit « la Nation Cheyenne », ce vieil indien solitaire, au Shérif du comté voisin, et surtout à une enquête qui ramène Walt Longmire à Absalom, dans le Wyoming, en fait dans les pas de son enfance, dans ce village où il essaie malgré tout de mener son investigation sous couverture.
Dès le début l’intrigue est posée : le shérif ne croit pas en la culpabilité de Mary. Nous allons donc le suivre dans deux périodes en parallèle, le présent et quelques jours auparavant, donnant un rythme intéressant à ce polar où l’on ressent tout au long de pages les langueurs des grandes plaines, la violence du climat, la fidélité des bêtes, je vous laisse découvrir celle de Wahoo Sue, la complicité du cavalier, la magie de paysages parfois si hostiles à l’homme.
L’enquête se déroule, mais pas seulement. Il y a toute cette magie autour, parfois violente, mais que l’on ressent au fil des pages. Il y a force détails, descriptions, qui rendent humains et proches les paysages et qui donnent envie de tourner les pages. Belle expérience de polar avec ce shérif atypique et attachant, dont on devine les atermoiements personnels au fil des pages, mais qui ne nuisent absolument pas au déroulé de l’intrigue.

16 octobre 2015
Diane Brulotte

C'est l'ouest américain, une histoire de cowboys. Pas besoin d'avoir lu les précédents romans de l'auteur. Le héros est un homme, un vrai madame ! Pas une poule mouillée, mais pas une brute macho, là non, quand même pas. Ça sent l'écurie, le bled perdu est pourtant familier et les habitants du coin sont pitoresques. Ça ne vous plait pas ? Passez au roman suivant. Si vous restez, vous aurez droit à un roman au rythme lent bien que les rebondissements compliqués et les aventures inattendues du héros vous laisseront épuisé et tout empoussiéré. On s'amuse bien, c'est très habile et l'auteur connait bien les ficelles de son métier. C'est réussi. Et ce ne sera pas le dernier de la série.

2 octobre 2015
Stéphanie Grand

Des chevaux et des hommes...

Si on aime les histoires de cow-boys et d’indiens, les grands espaces américains, l’odeur des chevaux et la sensation du galop, on ne peut que se régaler avec « Dark Horse ».

L’écriture coule et nous entraîne au milieu de ces hommes laconiques, parfois plus attachés aux bêtes qu’aux humains, dans des coins perdus où la vie ne vaut pas aussi cher qu’ailleurs.
L’intrigue tient la route et on s’interroge avec le shérif Longmire, on tourne en rond avec lui comme un cheval de manège, mais finalement c’est l’échappée et tous les éléments se mettent proprement en place, non sans qu’on frôle la catastrophe.

On s’approche juste assez du taciturne shérif pour commencer à s’y attacher et avoir envie de mieux le connaître.
Unique bémol : les personnages secondaires sont trop peu développés, et pour qui ne les connaît pas d’une précédente aventure c’est un peu dommage...

Certains critiques, ayant lu les autres œuvres de Craig Johnson, se disent déçus de cet opus.
Pour ma part j’y ai pris grand plaisir et il m’a permis de découvrir avec le shérif Walt Longmire un nouvel enquêteur de terrain, dans la lignée de l’inspecteur Napoléon Bonaparte en Australie ou du commissaire Yeruldelgger en Mongolie.

Je m’en vais de ce pas lire ses autres aventures !

24 septembre 2015
Jocelyne Fonlupt

C’est un peu comme un western, le héros en est le shérif Walt Longmire, ça se passe dans le Wyoming quand une certaine Mary Barsard est confiée à sa prison. Elle a avoué avoir tué Wade son mari de six balles dans la tête après que ce dernier a mis le feu à l’écurie abritant des chevaux de course. Mais Longmire ne croit pas un mot de cette confession. Il se rend sur les lieux du crime à Absalom, non loin du lieu où il est né. Ce n’est pas sa juridiction et l’accueil qui lui est réservé est plutôt glacial.
C’est de la belle ouvrage, parfois drôle parfois inquiétant, mais ni le Wyoming et ce qui s’y passe, ni les histoires de shérif, ni les westerns, ni même les chevaux me passionnent… Dommage !

19 septembre 2015
marius

un roman tout simplement fantastique!

17 septembre 2015
Catherine Borwell

Je termine la lecture de ce beau polar qui se lit comme un roman à la construction classique. En effet, le récit se termine là même où il avait commencé. Et c'est toute l'eau de la Powder river , dans un Wyoming sublimé, qui coule sous les ponts, l'ancien et le nouveau, entre le début et la fin de cette histoire passionnante et élégante à la fois. L'aventure est palpitante et le récit qu'en fait Walt Longmire, à la première personne, en alternant les séquences de l'action, transporte le lecteur grâce à ses multiples facettes. Dans une nature tour à tour rude et familière, on y rencontre des personnages hors normes et on en prend plein les yeux. On savoure les vieux mythes de l'ouest qu'un Craig Johnson nostalgique associe à la modernité. Les femmes sont belles, fortes, fragiles et attirantes, chacune à sa manière. Les hommes se déclinent aussi, forts et fragiles, habités par leurs démons mais pétris des valeurs de la vieille Amérique. Sheriffs au bon coeur, Agents du FBI agissant sous couvert, amitiés viriles, vieux cowboys solitaires, Nation Cheyenne en filigrane et vrais méchants s'emboîtent et se complètent. Même les animaux sont acteurs, pour notre grand plaisir. La dimension naturaliste, indienne, est parfaitement assumée et maîtrisée. Le chien est hors norme de par sa taille mais pas seulement. Le Dark Horse de l'histoire, est une jument noire extraordinaire, presque mythique... Fantômes du passé et clandestins atypiques. Tout cela est intelligent et fin. L'écriture est riche où l'on découvre les paysages, la faune et la flore du Wyoming dans cette aventure haletante et initiatique où le jeune Benjamin, parmi ces hommes et femmes de l'Ouest, pères et mères spirituels, va s'ouvrir au monde en assumant son histoire et sa différence. Pour moi, ce livre est une magnifique et haletante fresque humaine et animale. Très bonne traduction. A consommer sans modération.

17 septembre 2015
bernard Granjean

« Dark Horse »
Quel bonheur que ce polar !
Nous avons tous quelques bons vieux westerns qui sommeillent en nous. Craig Johnson sait les réveiller. Rien ne manque : les grands espaces, les chevaux, une poursuite infernale, des Cheyennes, un saloon, des coups de revolver et des coups de poings… l’humour en prime. Mais, loin du manichéisme habituel, on a ici un supplément d’âme, d’humanité, dont même les chevaux sont pourvus.
L’intrigue ? bien ficelée : une émouvante victime accusée à tord et un vieux shérif atypique (il y en même qui l’ont vu voler !), un « dark horse » prêt à tout pour rétablir la vérité et qui y réussira grâce à un "cheval noir".
En résumé : De bonnes vieilles charentaise dans des bottes Olathe à 300 dollars.

3 septembre 2015
eirenamg

Dark horse est un roman policier particulier. Il se déroule dans la campagne américaine où tout le monde se connait à Absalom dans le Wyoming. Cette ville au nom biblique maudit. Walt Longmire shérif d’Absaroka est le personnage principal. C’est un homme taciturne, ancien du Vietnam, sa fille Cady vient de quitter la région pour Philadelphie. Il est très doué pour les enquêtes, il est entourée par Vic son assistante et le basque. Ce livre fait partie d’une série d’ouvrages mais ne connaissant pas les précédents, ça ne m’a pas empêché d’adhérer à l’intrigue.

Une jeune femme Mary s’est accusée du meurtre de son mari de 6 balles. Sa maison, son écurie ont brûlé le même soir avec l’ensemble de ses chevaux. Cette femme fragile touche Walt qui a des doutes sur sa culpabilité. L’ayant eu sous sa garde pendant 1 semaine, il décide d’aller mener l’enquête à Absalom pour trouver d’autres suspects. Mary est une amoureuse des chevaux, une championne de dressage , malheureuse avec son mari mais qui refuse de se disculper.

Walt se retrouve ramené à proximité du ranch de ses parents décédés, il retrouve d’anciennes connaissances un indien l’Ours qui veille sur lui, un ancien ami d’enfance Bill qui est sur le point de tout vendre. Il découvre rapidement que la victime Wade Barsad n’avait pas vraiment d’amis dans le coin, qu’il vivait au dessus de ses moyens. Il avait acheté de nombreux terrains et bâtiments dans la petite ville. Et il avait de nombreux petits secrets.

Nous voilà plongé au milieu des cowboys, dans des paysages désolés: le vieux pont bientôt démantelé, les paysages de la campagne américaine sont omniprésents. Le bar et le motel délabré qui sont au cœur du village vont devenir le point de chute de Walt. Une forte mélancolie se dégage du récit, d’autant que Walt semble à la croisée des chemins. Il a du mal à ne pas se faire de soucis pour sa fille, il ne sait pas si il veut être réélu comme sheriff . Une atmosphère de mystère, de mélancolie plane sur l’enquête.

On alterne les pensées du personnage principal une fois sur place pour son enquête sous couverture et des flashbacks lors de ses entretiens avec Mary. Il se fait passer pour un agent d’assurance au cours de l'enquête.Les souvenirs de ses entretiens montrent ses tentatives pour la comprendre et ses motivations à enquêter malgré les risques .

Les personnages secondaires comme Juana sans papier qui a fait des études de criminologie pendant 2 ans avant d’être obligée d’arrêter. Benjamin son fils petit diable en culotte courte sont attachants. Le patron du bar cachottier et le vieux cowboy Hershel donnent de la densité au récit.

Les secrets, la violence, la solitude transparaissent dans l’écriture agréable de l’auteur. Une certaine vision de la justice, de l’honneur sont présentes avec le personnage principal. J’ai aimé ce vieux cow boy mélancolique terriblement attachant. Juana et sa volonté d’être détective, brillante alliée de Walt. Le personnage énigmatique Henry ,l’Ours, sorte de protecteur indien qui est un ancien compagnon de football du héros.

Un roman policier atypique qui se lit avec délectation et tendresse. Cet ouvrage m’a donné envie de connaître l’évolution de ce personnage et de continuer cette série. Prenez un allez simple pour le Wyoming et les aventures de Walt Longmire

21 avril 2015
Guy Locastro

Bonjour,

Prévoyez vous une édition numérique ?

Merci

 

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous